[Critique] Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire : l’aventure de mal en pis

Ce dimanche, retrouvez Amy pour sa critique de série qui porte cette fois-ci un nom beaucoup trop long : Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire…Bonne lecture !

Salut les accros de la Toile, c’est Amy. Celle qui crit… qui donne son avis totalement partial sur les séries. Nous nous retrouvons cette semaine pour une série originale Netflix au nom à rallonge : Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Plus long c’était possible ou ils ont participé à un concours ?

Baudelaire 1

Dans tous les cas, voici de quoi parle cette série, si le titre n’est pas déjà assez explicite : les trois enfants Baudelaire se retrouvent orphelins lorsque leurs parents décèdent dans un mystérieux incendie qui ravage leur demeure. De là commencent leurs aventures, ponctuées d’événements étonnants et bizarres qu’ils cherchent à comprendre. Tout cela étant évidemment sans compter sur le comte Olaf qui veut s’accaparer de leur fortune.

Etoiles, critiques et Bagatelles, les désastreuses aventures des orphelins baudelaire revuedelatoile (02)

[Les trois enfants Baudelaire : Sunny (Prunille) Violet & Klaus]

Je me lance maintenant dans la critique de cette série parce que la saison 2 vient d’arriver sur Netflix. J’avoue que l’idée est franchement inédite. Tout d’ailleurs dans cette série est originale. Du générique aux personnages en passant par les décors. star-favorite-engagement-social-media-350x350

Dès le générique, on nous montre bien que la série n’est pas joyeuse. C’est un bel exemple de dystopie, ou une fiction dépeinte d’une telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. Seulement déconseillée aux moins de sept ans, cette série familiale est tout de même fortement imprégnée d’humour noir. Les épisodes fonctionnent par deux, car deux épisodes représentent adaptation d’un tome des livres originels. Par ailleurs, la musique, les costumes, les décors… tout indique un monde moderne sans l’être vraiment. Un peu comme dans les mondes de Hayao Miyazaki. Là, les costumes semblent issus d’un monde parallèle, imprégné par l’esthétique des années 60. C’est rafraîchissant star-favorite-engagement-social-media-350x350

Les scénarios sont bien construits et je n’ai pas grand-chose à leur reprocher. C’est amusant parce que l’on sent que ça s’adresse à tous les publics, chaque âge a son degré de compréhension. Je ne sais pas si l’on peut qualifier cette série de teen drama, du coup.

Au-delà du fait qu’on nous pousse à ne pas regarder la série (générique et narrateur), il y a des instants où l’on explique des mots « difficiles » comme si on était dans un épisode C’est pas sorcier. Cependant, tout cela est parfaitement incorporé dans le texte scénaristique. Amusant. Je leur donne une étoile. Je veux bien que les intrigues se désamorcent petit à petit mais on a peu d’éléments de résolution. Enfin si… mais pour se poser trois autres questions derrière. star-favorite-engagement-social-media-350x350

Concernant le casting, il n’y a que l’acteur qui incarne le comte Olaf qui soit vraiment connu (les autres en tout cas n’ont pas sa renommée !). J’avoue que c’est parce que j’ai vu qu’il était dedans que j’ai commencé à regarder. Il s’agit de Neil Patrick Harris ! Ettttt oui. J’avais hâte de le retrouver après la fin (désastreuse) de How I met your mother (qui aura sans doute sa chronique un jour…). Vu que les épisodes s’apparentent par deux, il y a régulièrement des guest stars comme : Alfre Woodard ou encore Roger Bart, ou sa costar de la série How I met your mother, Cobie Smulders. Bon casting en somme avec des acteurs talentueux. star-favorite-engagement-social-media-350x350

baudelaire 2.jpg

[Le comte Olaf – Neil Patrick Harris]

Lemony Snicket, le narrateur, prend régulièrement la parole, soit directement depuis le lieu où sont les enfants soit bah.. ailleurs. Parce que, oui, ce dernier est un vrai personnage. On sent qu’il a son importance et qu’il est lié de près ou de loin aux orphelins. Tous les personnages, hors les enfants, ont des personnalités vraiment bizarres et souvent agaçantes, par leurs réactions et réflexions absurdes ou disproportionnées. Les personnages sont caricaturaux, je l’ai bien compris, mais ils ne sont pas vraiment crédibles. Je me doute que cela est un choix scénaristique mais… je n’apprécie pas. Deux ou trois je veux bien mais tous… cela fait too much.

Même si j’apprécie l’idée de départ, que les costumes et décors sont sympas, je n’ai pas adhéré à cette série. Je m’y suis mise il y a quasiment un an… et je ne regarde que lorsque je n’ai rien d’autre à voir. Je trouve que les épisodes traînent en longueur. Les personnages sont fatigants et majoritairement inutiles ou inintéressants. En dehors du quatuor principal : les trois enfants et le comte Olaf, je ne suis pas convaincue. Pour le coup, il s’agit d’un goût personnel. Je ne mets qu’une étoile mais je n’irai pas jusqu’à vous déconseiller cette série. Il faut que vous vous fassiez votre propre opinion. star-favorite-engagement-social-media-350x350

 star-favorite-engagement-social-media-350x350Cette série totalise : 5 étoiles  star-favorite-engagement-social-media-350x350

Sur ce, je vous dis à la semaine prochaine les étoilés et n’hésitez pas à donner vos avis !

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

A propos de Amy B. 43 Articles
Champagne, Ecriture & Bagatelles Le reste est dans ma bio !

1 Comment

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Netflix, un problème pour le cinéma ? – Revue de la Toile
  2. [Parodie] How I met your Mother - Revue de la Toile

Laisser un commentaire