Revue de la Toile

Interview d’Amazing Lucy, une cinéphile facile à comprendre !

Scroll down to content

Aujourd’hui nous vous proposons de rencontrer Lucie, une critique ciné également connue sous le pseudonyme d’Amazing Lucy sur YouTube. De ses premières découvertes de films à l’âge de 11 ans jusqu’à la réalisation de son propre film 10 ans plus tard…

1

Pour commencer, peux-tu te présenter à nos lecteurs, qui est cette cinéphile qui analyse nos films préférés ?

Je suis Lucie, une cinéphile passionnée de 21 ans, mais on me connaît mieux sous le nom de Amazing Lucy. Rien à voir avec un ego démesuré, c’est simplement une référence à Gone Girl, un film qui m’a beaucoup marquée. Le personnage principal a un alter-ego en bande-dessinée : Amazing Amy. D’où le pseudo. À part ça, on me demande souvent si j’ai fait des études de cinéma, mais il se trouve que non. Je suis autodidacte à 100%, et j’ai été baignée dans le cinéma depuis toute petite par ma mère, puis je me suis faite ma propre culture cinématographique en découvrant plein de films par curiosité.

Dès l’âge de 11 ans je commençais déjà à tâtonner en réalisant et montant des courts-métrages avec un vieux caméscope, et maintenant nous y voilà !

Comment t’es venue l’idée de faire de la critique cinéma ? Et pourquoi sur YouTube ?

En fait c’est une drôle d’histoire, et c’est venu presque par hasard je dirais. On en revient à mon esprit curieux. Les origines de Cinéphile Facile remontent à 2014 : j’avais 17 ans et j’habitais à Londres avec ma mère. On s’était procuré le DVD du Rocky Horror Picture Show, l’édition des 40 ans du film. Je m’ennuyais et vu que je connaissais déjà le film par cœur, je me suis dit : « Tiens, pourquoi pas écouter les commentaires audio ? », chose que je n’avais pas forcément le réflexe de faire d’habitude. Et les commentaires audio étaient tellement captivants et m’ont appris tellement de choses que je me suis dit « Wow, tu ne peux pas garder toutes ces infos pour toi, il va falloir partager tout ça avec le reste du monde ». J’ai donc commencé à écrire une chronique sur le film, et c’était le début d’une aventure qui continue encore 4 ans après.

Et en fin de compte, YouTube s’est avéré comme une évidence. Je n’ai même pas réfléchi, j’avais déjà ma chaîne, mais elle me servait à poster des vlogs et des vidéos un peu moins travaillées à propos de ma vie à Londres. Il ne manquait plus qu’à lancer cette émission de ciné !

C’est donc un projet mené par une passionnée qui n’est pas prêt de s’arrêter !

S’arrêter, non, mais c’est sûr que ça prend du temps de réaliser un épisode, donc niveau régularité on a déjà vu mieux !

Y-a-t-il des personnes de ce milieu qui t’inspirent ?

J’ai au départ été inspirée par François Theurel, Le Fossoyeur de Films, parce qu’à l’époque c’était la seule personne que je connaissais qui parlait de cinéma. Puis j’ai fait des rencontres dans mon cercle privé qui m’ont beaucoup apportées niveau cinéphilie, références, prise en assurance dans l’écriture de mes vidéos… Après, je suis beaucoup inspirée par Iris Brey, une docteure en cinéma que j’avais rencontré pour la première fois à Séries Mania, un festival de séries autrefois sur Paris (maintenant à Lille). Elle animait une conférence sur la sexualité des femmes dans les séries TV, et ça m’avait juste captivée. Puis cette conférence s’est transformée en livre, que j’ai lu, puis en série documentaire qui va sortir à la rentrée. Cette femme est vraiment un modèle en terme de recherches, d’engagement politique, d’assurance… J’aimerais avoir un jour son niveau, même si c’est encore un objectif lointain.

2

Pourquoi faire un documentaire qui traite des femmes du milieu du Cinéma ?

C’était pour moi un constat de longue date : j’ai d’abord été choquée, il y a un ou deux ans, par les statistiques du CNC par rapport aux femmes travaillant dans le cinéma. J’ai encore le document en question, on y remarque des chiffres aberrants : une sous-représentation des femmes dans la réalisation, des réalisatrices sous-payées par rapport à leurs homologues masculins, une surreprésentation des femmes dans les métiers de scripte, maquilleuse, habilleuse… des métiers connotés comme « féminins ».

Puis récemment, il y a quelques mois, des collègues rédactrices ont publié une tribune traitant du harcèlement dont elles ont été victime, ce que j’ai trouvé totalement révoltant. Je connais ces femmes, je connais leurs histoires, ce sont des amies, des femmes de talent… mais malgré tout, elles ont subi les frais d’être « des femmes dans un monde d’homme », et réduites à leur genre, au fait qu’un homme pouvait se sentir libre de les draguer et harceler sans scrupules…
L’émergence de Julia Ducournau en tant que réalisatrice a également été un élément déclencheur dans ma prise de conscience : cette femme au talent monstre s’est imposée dans le domaine de la réalisation, en un film, Grave, et a profité de chacune de ses apparitions et interviews pour rappeler que les femmes étaient minoritaires dans le domaine de la réalisation.
Je suis concernée par cette problématique, ces inégalités me révoltent, il est temps de changer les choses. On m’a dit un jour : « Fais le film que tu voudrais voir » et depuis je n’ai plus attendu. Je l’auto-produis par crowdfunding parce que je ne veux pas attendre la permission de faire un film qui parle d’un sujet qui me brûle les lèvres et qui m’est apparu comme urgent.

Avec le sujet de ce documentaire, te considérerais-tu comme féministe ?

C’est un documentaire féministe, absolument. Cela dit, on a encore une mauvaise image du féminisme. Ce n’est pas un gros mot, ce n’est pas un mouvement pour que les femmes soient supérieures aux hommes, ce n’est pas un mouvement haineux. Il s’agit simplement de lever le voile sur une réalité : un évident manque de femmes dans le cinéma. Le documentaire va tout d’abord dresser ce constat, à l’appui de chiffres, d’études, de statistiques, puis essayer de comprendre pourquoi nous sommes bloqués dans cette situation. Enfin, il s’agira de réfléchir à des solutions pour amener à une meilleure représentation des femmes dans le cinéma. Je ne suis pas là pour dire que les femmes doivent être plus nombreuses que les hommes dans l’audiovisuel, mais plutôt dans l’espoir que les chiffres s’alignent petit à petit et amènent à une meilleure représentation, plus représentative du monde dans lequel on vit.

Le crowdfunding est-il également un moyen pour que les donateurs se sentent plus concernés ?

Tout à fait, ce crowdfunding est un appel à l’aide des gens qui me suivent, afin de leur permettre de m’aider à faire exister le film. Mon travail n’a pas de sens sans public, tout comme le film ne pourra pas exister sans eux.

As-tu des projets après la critique ciné sur YouTube ?

J’avais déjà du mal à me dire que mes critiques étaient pertinentes et intéressaient un public, mais on m’a prouvé le contraire. Aujourd’hui, me dire que je réalise mon premier film est une expérience encore plus folle, je n’aurais même pas imaginé ça il y a quelques mois. Je n’ai pas de projets spécifiques pour le futur, si ce n’est continuer d’avancer dans le domaine qui me passionne et espérer me faire une place petit à petit. YouTube n’était pas un but en soit, finalement, j’ai toujours considéré ma chaîne comme une sorte de portfolio de mon travail. Voir que ça a réussi à plaire et à inspirer des gens est déjà une réussite, aussi minime soit-elle.

Quel est ton film préféré ?

En ce qui concerne mon film préféré, j’en avais parlé dans un épisode de Cinéphile Facile : il s’agit de God Help The Girl, un petit film musical indépendant lui aussi réalisé par crowdfunding ! Je m’identifie à cette héroïne au passé difficile, bancal, douloureux, mais qui réussit à s’en sortir par sa passion pour la musique – et en ce qui me concerne, le cinéma.

Vous pouvez retrouver Lucie sur les réseaux sociaux suivants :

N’hésitez pas à aller vois sa vidéo annonçant son documentaire très ambitieux juste ici et à aller faire un don si vous le voulez/pouvez juste !

One Reply to “Interview d’Amazing Lucy, une cinéphile facile à comprendre !”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :