Revue de la Toile

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir une étoile de la Toile : une jeune auteure qui rédige sous le pseudonyme de Chalusse !

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

1) Chalusse, qui es-tu et qui se cache sous ce nom de plume ?

Bonjour à tou(te)s ! Qui est Chalusse et qui se cache sous ce pseudo ? Hum… si quelqu’un trouve une réponse absolue à ces questions, je le convie à me contacter sans plus tarder !
De ce que je peux vous en dire : je suis en partie Chalusse, une auteure de Fanfiction sur les sites HPFanfiction et Fanfiction.net. La Fanfiction étant, pour ceux qui ne connaîtraient pas, un récit mettant en scène les personnages et/ou prenant place dans l’univers d’une et/ou plusieurs œuvres fictive(s) existante(s). En ce qui me concerne, j’écris exclusivement sur l’univers Harry Potter de la vénérée et vénérable Queen J.K. Rowling.

Je suis une auteure passionnée, perfectionniste et ouverte à l’échange avec mes lecteurs. J’idolâtre probablement plus mes lecteurs que je ne vénère J.K. Rowling, d’ailleurs. Si j’en crois ceux qui connaissent la Chalusse en moi, j’ai également un (très) gros grain, je suis enjouée et très disponible.

Derrière Chalusse se cache la secrète et timide Margot C. Baron, mon véritable nom de plume. J’ai, à ce jour, vingt-deux ans, je suis titulaire d’un Bac +2 en droit et je rêve de… gloire éternelle ? De pouvoir vivre de ma passion, déjà. La gloire éternelle, c’est optionnel. Je suis une grande psychorigide paradoxalement rêveuse qui aime un peu trop le chocolat, exècre un peu trop le sport et se considère en voyage spatio-temporel permanent entre les âges de cinq ans et demi et quatre-vingt-neuf trois quarts. Sinon, que dire ? Je suis devenue une boulimique de l’écriture tant et si bien qu’il se passe rarement, pour ne pas dire jamais, vingt-quatre heures sans que je n’inscrive le moindre mot dans un document Word. Ah oui ! et je considère « mes » personnages comme des entités douées de leurs propres volontés.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

2) Depuis quand écris-tu ?

Contrairement à bon nombre d’auteur(e)s de Fanfictions et d’auteur(e)s au sens large du terme, je ne suis pas tombée dans la marmite de l’écriture étant petite. Je le fais depuis un peu moins de deux ans, seulement. Avant septembre 2016, mes écrits se résumaient ni plus ni moins à mes devoirs scolaires : dissertations, commentaires de textes, commentaires d’arrêts, rédaction de cas pratiques, etc. J’ai toujours eu des facilités vis-à-vis des exercices dits d’écriture proposés au collège ou au lycée. Dans le cadre d’un projet lors de ma troisième, j’avais même rédigé une nouvelle qui a été publiée mais, bien que j’y aie pris du plaisir, je ne me suis jamais lancée tel que je peux le faire depuis 2016. Je l’avais surtout fait par obligation.
Il faut savoir qu’avant juillet 2016, je ne connaissais pas non plus le principe de la Fanfiction. C’est en me baladant sur le net que je suis tombée sur cet alien de la littérature. La surprise et la perplexité passées, j’ai petit à petit mis de côté mes livres papiers pour lire exclusivement de la Fanfiction. Ce que j’ai fait pendant tout l’été 2016.

Ce qui m’a le plus interloquée était la qualité de certains textes, l’inventivité de ces auteur(e)s amateurs qui, même s’ils reprenaient les codes et/ou les personnages d’un univers spécifique, parvenaient à se les approprier, à créer quelque chose d’autre.

J’ai toujours été une très grande fan d’Harry Potter donc je me suis cantonnée à lire sur ce « fandom ». Puis, un jour, à force de lire, de prendre conscience que le concept même de la Fanfiction permet une infinité de possibilités sur le plan fictif de même qu’une facilité d’interaction et une accessibilité sans doute inégalable dans le monde littéraire, je me suis lancée. J’ai clairement appliqué le principe du « et pourquoi pas moi ? ». Je n’ai jamais été passionnée par un domaine particulier, je n’ai jamais été douée pour quelque chose en particulier et je me remercie tous les jours de m’être lancée en septembre 2016. Durant deux semaines, j’ai vaguement réfléchi à l’idée d’une Fanfiction qui, je l’espérais, pourrait se démarquer un peu des autres, j’ai rédigé un bancal prologue, je me suis connectée sur le site Harry Potter Fanfiction et j’ai appuyé (le ventre noué) sur le bouton « publier ». Je presse ce bouton sur deux sites différents de manière hebdomadaire, parfois bihebdomadaire, depuis. Le stress est toujours là et le plaisir de proposer mes réalisations ne faiblit pas.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile (01)

3) Quel genre de fanfiction écris-tu ?

Cela va peut-être sembler étrange considérant que je suis une auteure de Fanfiction « HarryPotterienne » mais j’écris des textes réalistes. Jusqu’à présent, pas de fantastique « pur », de science-fiction ou d’héroïc fantasy. Bien sûr, il demeure nécessairement une part de fantastique car… disons-le très clairement, il est merveilleusement commode de faire avaler une petite fiole de « Potion anti-gueule de bois » à son personnage le lendemain d’une cuite afin qu’il soit opérationnel pour tout et n’importe quoi. Néanmoins, je m’attache davantage à travailler les relations entre mes personnages, leurs psychologies et l’évolution de ces dernières au regard des événements de leurs vies.
De fait, j’écris majoritairement de la romance. De la romance dite « adulte » comprenant donc des scènes de sexe plus ou moins détaillées, mais aussi, de la romance plus classique. Si toutes mes histoires ne se valent pas sur le plan de la complexité relationnelle, je m’efforce de ne jamais tomber dans une mièvrerie outrancière et/ou les clichés du genre. Dans mes textes, on peut trouver plusieurs facettes de La Romance. Par exemple, on trouvera majoritairement des couples hétérosexuels, mais pas seulement. Idem, j’aime interpeller avec des propositions plus « osées » telles qu’un couple dont les deux protagonistes ont une différence d’âge très importante où madame se retrouve dans le délicat mais si intéressant rôle de la fameuse « cougar ». J’apprécie traiter de sujets que l’on puisse classer dans cette catégorie du « délicat ». Le suicide, le traumatisme, le post-traumatisme, le deuil, la maladie, etc. Mais cela ne m’empêche pas d’aimer et d’ajouter des touches d’humour (souvent apportées par le biais d’un personnage) voire de proposer de la parodie dans laquelle je peux moi-même me mettre en scène. Ce qui m’a permis d’apporter la preuve irréfutable que si Drago Malefoy a une âme-sœur, il s’agit de la fantastique (…) Chalusse et nulle autre. (Le Dra-lusse c’est encore meilleur que le chocolat !) Il m’est aussi arrivée d’écrire un texte dans lequel j’ai suivi (parfois mot pour mot) les directives de mes lecteurs.
J’ajouterais avoir toujours dans l’idée de surprendre mes lecteurs. Ce que j’apprécie par-dessus tout c’est distiller des informations pouvant paraître anodines tout au long d’un texte pour finalement leur faire prendre sens à un moment précis. J’essaie de faire en sorte que chaque détail ait son importance.
Pour être plus précise sur le point de vue « Fanfiction », je suis avant tout une auteure de « Dramione » (couple formé par Drago Malefoy et Hermione Granger). Cependant, je peux intégrer un/plusieurs personnage(s) créé(s) de toute pièce (Original Character) à une histoire mais cela reste sporadique.
Sur la forme, j’écris aussi bien des Fanfictions très longues (dont l’équivalent serait un livre de sept cents pages) que des Fanfictions plus courtes mais aussi ce que nous nommons des One-shots, autrement dit des nouvelles courtes ou longues. Certains textes n’ont aucun lien entre eux, tandis que d’autres font partie d’une série, cela dépend. J’ai une préférence pour la rédaction à la troisième personne mais il m’arrive de rédiger à la première.
Si je devais résumer, je dirais qu’en dehors des « grands thèmes » que sont le réalisme et la romance, je propose un peu de tout.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

4) Tu essaies sans cesse de te renouveler, comment y parviens-tu ?

À l’inverse de ce que je peux parfois affirmer, cette volonté de variation, de « renouvellement », de mes textes n’est, justement, pas une franche intention. C’est assez délicat à expliquer car j’ai moi-même du mal à caractériser mon mode de fonctionnement. C’est le produit naturel de mes deux neurones en surchauffe. Lorsque j’ai l’idée d’un nouveau texte, je n’ai pas : d’un côté l’idée d’une trame générale, d’un autre l’idée de personnages à insérer dans l’histoire avec une psychologie précise et, encore plus loin, celui d’un modèle de narration spécifique. Tout vient en même temps… ou tout ne vient pas. Ça va sans doute sembler prétentieux de qualifier la situation ainsi mais tout se fait naturellement, spontanément et par instinct. Dès lors que je sens que je « force les choses », j’abandonne mon idée car je sais que ce n’est pas la bonne.
Je reprends souvent les mêmes personnages dans le sens où ils conservent le même nom (Drago Malefoy ; Hermione Granger ; Harry Potter ; etc.) mais ce qui – j’espère – permet de les rendre différents entre chaque histoire c’est tout ce qui se greffe autour d’eux. Ce qu’ils ont vécu avant, ce qu’ils vivent « en ce moment » et qui modifie leurs personnalités.
D’autre part, je n’ai aucun modèle d’histoire préétablie. Encore une fois, contrairement à d’autres, je ne fais aucune fiche pour mes trames ou mes personnages. Ce sont véritablement ces derniers qui mènent l’histoire. (Ce doit être dans ces moments-là que les lecteurs me trouvent un grain…) C’est peut-être très abstrait mais ça se produit de la sorte : les personnages, quels qu’ils soient, sont aux commandes. Ils vivent, ressentent leur histoire, et souhaitent la narrer d’une façon ou d’une autre. Selon l’association d’idées (trame + personnage(s) avec personnalité(s) + type de rédaction) je suis jusqu’alors parvenue à proposer des projets différents et j’espère que cela continuera.
Bien sûr, mes textes ne font pas toujours l’unanimité mais il est important pour moi de varier mon écriture. Après tout, les intérêts premiers de la Fanfiction sont de prendre du plaisir et de s’essayer à diverses choses. D’autre part, cela me permet de ne pas m’ennuyer au quotidien et de ne pas toucher qu’une catégorie de lecteurs.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile (01)

5) Combien de temps te faut-il pour rédiger une fanfiction ?

La rédaction d’une Fanfiction peut me demander deux heures (pour les plus courtes) comme dix mois (pour les plus longues). Lorsque je débute un texte, je sais rarement qu’il est fini avant de l’avoir terminé ou d’en avoir approximativement ébauché la fin. Je sais dès le début que le texte sera du type « Fanfiction longue » ou « One shot » mais pour reprendre ce que j’ai expliqué plus haut, les personnages étant – presque – tout puissants, ils peuvent chambouler mes plans. Plans qui se construisent exclusivement dans mon esprit car je n’élabore jamais de trame complète à l’avance et encore moins à l’écrit. Mes idées restent modulables. À titre d’exemple, pour ma plus longue Fanfiction, je n’ai su que j’étais proche du terme que dix/quinze chapitres avant de l’achever, sur soixante-huit. Pour un si long projet, j’avais fini par poser les idées terminales mais même là, je me suis surprise à modifier totalement la fin.

La rédaction n’est par ailleurs qu’une partie du « travail » de l’auteur(e) de Fanfiction.

Sur de petits projets, je passe plus de temps à gérer les « à-côtés » que l’écriture du texte en elle-même. Les « à-côtés » se trouvant être la rédaction de notes de chapitre/texte à l’attention des lecteurs (les accueillir, leur donner des informations diverses et variées, parler globalement du texte ou du chapitre proposé, etc.) ; tout le travail de correction en amont de la publication, qu’il s’agisse de mes corrections personnelles mais aussi celles d’un tiers à qui j’envoie mes textes ; le choix, parfois l’élaboration complète d’une illustration par moi-même ou, depuis peu, par un tiers ; la publication des textes sur deux sites différents ; la gérance d’annonces et d’éventuelles publicités et, bien entendu, la meilleure partie après l’écriture : la lecture et la réponse aux commentaires laissés. Bref, aussi bien qu’un(e) auteur(e) plus classique, il faut revêtir plusieurs casquettes. Je précise que le schéma présenté est le mien ; tou(te)s les auteur(e)s de Fanfictions ne le suivent pas ! A contrario, certains font encore plus que cela.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

6) Quel a été la fanfiction que tu as préféré écrire ?

C’est difficile. Elles sont différentes et sont toutes mes bébés. Je prends plaisir à mener à terme chacun de mes textes (ou bien je ne les écrirais pas, c’est assez logique…) et je me suis par exemple énormément amusée lors de la rédaction de Réflexions post-coïtales. Pourtant, celle qui m’est la plus importante à l’heure actuelle et que j’ai pris le plus de plaisir à développer reste ma toute première : Me sauveras-tu ?. C’est l’histoire qui m’a donné le goût de l’écriture et qui m’a procuré le plus d’émotions. Je tiens toujours à publier quelque chose que j’aime, à titre personnel, prioritairement. J’écris en premier lieu pour moi et cela n’a jamais été plus le cas qu’avec cette Fanfiction. Elle a été une véritable thérapie avant d’être un succès relatif et, même si je lui trouve beaucoup de défauts, j’en suis très fière. Car c’est probablement cela qui fait ma plus grande spécificité : l’écriture est une passion thérapeutique pour moi.à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

7) Quels sont tes personnages préférés tous univers confondus ?

Très sincèrement, il n’y a pas UN personnage que je favorise parmi d’autres. Sauf peut-être Drago Malefoy parce que… c’est Drago Malefoy mais sinon, je vais surtout m’attacher au caractère et au « feeling » que je peux avoir avec eux. Je fonctionne au coup de cœur et j’aime les personnages qui me transmettent des émotions. N’importe lesquelles, cela n’a pas d’importance. J’aime détester des personnages autant que je déteste en aimer d’autres. J’aime ceux qui reflètent la nature humaine et qui, par définition, ne sont jamais réellement soit juste méchant, soit juste gentil. Globalement, j’ai malgré tout tendance me lier davantage aux « mauvais » ou bien au « anti-héros ». Attention au paradoxe : je n’aime pas le personnage de Harry Potter. Trop bon, altruiste et surtout beaucoup trop assisté dans ses actes et choix pour moi. Étrangement ou pas, j’ai aussi des difficultés à pleinement apprécier les personnages féminins dans les œuvres littéraires. Hormis lorsqu’elles sont de vraies conn… badasses ! Celles-ci, je les aime d’emblée.

Photo 6

8) Quel cross-over aimerais-tu créer ou lire un jour ?

J’aimerais que se crée celui entre le Dralusse et la réalité ! Humanoïdo-Drago Malefoy, si tu me lis…
Plus sérieusement, je n’apprécie pas particulièrement le mixage de deux univers bien distincts donc je ne saurais pas répondre.

9) Quelle est ta fanfiction préférée et quel est ton auteur-e de fanfiction préféré-e ?

Sans une once d’hésitation Un point c’est toi ! de Mariye sur HPFanfiction ! Je ne suis pas très objective dans mon choix puisque j’ai suivi la naissance de ce petit bijou en interne par le biais de corrections etc. et parce que son auteure est une amie mais si je dois citer mon coup de cœur, c’est celui-ci. Il s’agit même d’un double coup de cœur : Fanfiction et auteure.
Paradoxalement, encore, je lis désormais assez peu de Fanfictions (surtout par manque de temps) donc je suis nécessairement passée à côté de pépites. Néanmoins, je pense que chaque lecteur appréciant la romance réaliste, les personnages attachants, les histoires traitant de thèmes lourds en l’occurrence d’une relation intergénérationnelle, devrait découvrir cette œuvre. Depuis les premiers mots (et c’est véridique) jusqu’à la fin, je l’ai adorée. Elle m’a touchée par sa justesse, par la corrélation entre les choix de l’auteure, ses décisions, et mes attentes de lectrice. Bref, c’est une histoire que j’aurais aimé posséder dans ma bibliothèque. Je remercie Mariye d’en avoir eu l’idée et de l’avoir si bien menée.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

10) Quels sont tes sources d’inspiration ?

Tout. Et rien. Dans le cadre de la Fanfiction, il est entendu que je doive m’inspirer de l’univers et des personnages appartenant à J.K. Rowling. Toutefois, l’inspiration s’arrête ici (ce qui est déjà beaucoup !). Je n’essaie pas, par exemple, de copier son style. Je ne m’inspire d’aucun auteur ou aucune personnalité. Consciemment tout au moins !
À côté de cela, je m’inspire de mon expérience, de celles des autres, du quotidien, et je tente d’user de mon imagination lorsque cela n’est pas suffisant.

Pour moi, il est important que l’auteur, peu importe le contexte, déverse volontairement un peu de lui dans son texte.

C’est ce que j’essaie de faire et c’est, je pense, ce qui rend mes écrits un minimum originaux. C’est aussi pour cela je ne m’aime pas me brider en posant des idées à l’avance. Je découvre mes textes ainsi que mes personnages en écrivant. Finalement, ce sont eux-mêmes et leur(s) histoire(s), qui m’inspirent.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)
Bannière de sa fanfiction Reflexions post coïtales

11) Quels sont tes futurs projets ?

J’ai pour projet de continuer la Fanfiction mais pas uniquement. Mon objectif (fou) est de vivre de ma passion, donc d’être publiée sous mon véritable nom de plume. Qui dit publication, dit texte original ; ce qui retient la majorité de mon temps depuis un an maintenant. En parallèle de la Fanfiction, je développe ainsi mon propre univers, j’écris des textes originaux (non liés à la Fanfiction) et plus particulièrement les deux premiers tomes d’une série de romance contemporaine/new romance. Je l’ai voulue à l’image de tout ce que j’ai pu proposer jusqu’à présent et de ce que j’aime : d’un original classicisme… J’espère être en mesure de réaliser ce qui deviendrait le projet d’une vie.

à la rencontre de chalusse revuedelatoile( 01)

M.C. Baron aka Chalusse

Retrouvez-là sur :

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

2 Replies to “A la rencontre de Chalusse !”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :