12 brèves critiques ciné pour commencer l’été

Bonjour à tous, préparez le pop-corn ! Aujourd’hui je vous présente 12 brèves critiques ciné de films que j’ai vus récemment. De Toy Story 4, en passant par Aladdin ou Parasite, je vous donne mon avis sur les sorties ciné de cet été !

Toy Story 4 :

Je suis allé voir ce film sans attente particulière. Ce sont la nostalgie et la curiosité qui m’y ont surtout poussé. Je trouve que c’est une belle conclusion de la saga, avec une histoire qui ne se révèle pas si prévisible que ça. Et comme toujours, avec Pixar, on trouve un sens du détail incroyable dans l’animation. Bref, courrez le voir !

Yves :

J’ai tout d’abord été attiré par une bande annonce comique qui passait juste avant que Tolkien ne commence. Méfiez-vous des apparences ! Un film peut en cacher un autre. Yves se révèle moins léger qu’il n’y paraît ! J’y ai plutôt vu un avertissement « Black Mirroresque » sur la place de la technologie dans notre quotidien. Même si je divague peut-être complètement et que tout ceci n’est que le fruit mon imagination, je pense qu’on est en droit de se demander si le réalisateur n’a pas été maltraité par son sèche-cheveux.

Le Daim :

Ce film était plutôt inattendu. Il nous présente un Jean Dujardin en quête de lui-même. C’est une sacrée découverte, qui porte une réflexion profonde sur le métier de cinéaste et sur sa place dans la société. Là où certains verront un personnage schizophrène, je vois plutôt la problématique de l’accessibilité de ce métier, grâce au parallèle entre « le mec qui filme » et « le mec qui fait un film ». Le réalisateur, Quentin Dupieux, s’interroge également sur la différence entre fiction et réalité.

Greta :

Ce thriller horrifique rend parfaitement hommage aux classiques, tel Psychose, en mettant en scène une Isabelle Huppert prédatrice, qui se cache sous les traits d’une veuve. Recherchant une amie pour sortir de sa solitude, elle mettra le grappin sur Frances. Cette histoire est plutôt bien ficelée même si l’on sait dès le départ que quelque chose ne tourne pas rond. Par ailleurs, j’ai trouvé que la mise en scène était plutôt réussie.

Douleur et Gloire :

À travers l’œil de sa caméra, Almodóvar ne nous livre pas seulement un film d’exception, mais il met également en valeur sa vedette, le merveilleux Antonio Banderas ! Dans ce film rempli d’émotions, l’acteur incarne le destin tragique d’un réalisateur en déclin. Ce film concrétise parfaitement la confrontation entre douleurs et addiction.

Teen Spirit :

Une histoire un peu banale pour un film un peu banal. L’image est très peu soignée à partir de la deuxième moitié du film, l’éclairage n’est même plus contrôlé et la fin est oubliable au possible. 

Anna :

Ce film est une énorme surprise ! Luc Besson a enfin réalisé un bon film (ce qu’on attendait depuis 10 ans) et surtout, un bon film d’espionnage ! On se pose constamment des questions sur la véracité et l’origine des choix d’Anna. La construction du scénario en multiples flash-back, tel un bon Pulp Fiction, est parfois lourde, mais se révèle utile et réussie.

Pour les Soldats Tombés :

Des témoignages en voix-off et des images d’archives, c’est tout ce que vous verrez et entendrez durant 1h39 ! Toutefois, je vous recommande vivement d’aller voir ce documentaire sur la première guerre mondiale. Il est magnifiquement réalisé. Il peut étaye avec brio des notions importantes de ce sujet d’histoire (donc si tu passes ton brevet ou si ta progéniture le passe…).

Spider-Man Far From Home :

Ce film avait de lourdes responsabilités. Il devait clôturer la phase 3 du MCU, ce qu’il a fait avec perfection. Je dois vous avouer qu’après Avengers Endgame je ne voyais pas comment ils pouvaient faire pour ne pas bâcler la fin de cette phase. Et pourtant…Ils ont réussi à nous offrir une conclusion digne de ce nom ! Mysterio est, et c’était prévisible, un méchant à la hauteur des plus grands. Peter a énormément mûri entre Homecoming et Far From Home, suite aux événements d’Avengers Infinity War et Endgame.
La mort, et surtout l’absence, de son mentor l’ont énormément affecté. Mais l’araignée sympa du quartier est prête à assumer ses pouvoirs et donc ses responsabilités plus que jamais.

Aladdin :

À l’annonce de ce film, j’ai eu peur que Disney propose des live action de ses films phares, sans passion et uniquement pour se faire de l’argent et pourtant…Aladdin vaut la peine d’être vu ! Malgré un Jafar peu crédible à mon goût, le casting tient la route ! Le génie est parfaitement interprété par Will Smith, qui se renouvelle un peu et reprend enfin un rôle comique. J’ai hâte de voir ce que Le Roi Lion va donner désormais…

Yesterday :

Nous sommes ici dans un monde sans Coca-Cola, sans Harry Potter, sans le groupe Oasis et même pire, sans les Beatles ! Ce film a certes beaucoup de défauts, mais il est très bien réalisé. L’auteur fait preuve d’une certaine réflexion sur la valeur de la gloire dans le monde de la musique d’aujourd’hui. Il critique le succès facile, et la commercialisation à outrance de la musique.

Parasite :

On sait tous ce qu’est un cafard, mais là je ne parle pas d’un simple nuisible non, mais plutôt d’un parasite. La différence est que le parasite vous suit, vous habite et petit à petit, prend le dessus sur vous. C’est exactement ce que ce film illustre. Une famille semblable à un parasite va petit à petit s’immiscer dans la vie d’une famille plus aisée pour prendre sa place. Le réalisateur coréen nous livre une critique percutante de l’arrivisme des temps modernes.

Et voilà, nos 12 brèves critiques cinés sont terminées ! Mais l’on se retrouve très vite pour de nouvelles critiques ciné, cher-chère étoilé-e !

Pour plus de critiques ciné :

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

A propos de Jonathan Caplain 9 Articles
Rédacteur cinéphile/sériephile pour la Revue de la Toile

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire