[Parodie] 50 nuances de Dark (Knight)

La romancière E.L James a écrit sa série de romans à succès 50 nuances de Grey en se basant sur l’univers de Twilight… On passera sur le fait de créer une série d’aussi bonne qualité à partir d’un matériau d’aussi bonne qualité. Mais bon. Après tout, la romancière a eu un tel succès avec des personnages aussi profonds et prolixes que Edward Cullen et Bella Swan ! Et si l’on transposait cette histoire à Gotham avec des personnages mondialement connus pour leur médiocrité et leur manque de profondeur ? C’est parti pour une parodie 50 nuance de Dark Knight !

Tout au long des quelques minutes que vous prendrez à cette parodie 50 nuances de Dark knight, nous allons analyser les personnages de la série Batman sous le prisme particulier de Mme James… En avant compagnons, pour la parodie 50 nuances de Dark knight !

Notes de l’auteur : Ayant grandi à quelques kilomètres du Cap d’Agde et étant formé aux arcanes secrètes du monde particulier qui découle de cet endroit ô combien spécifique, l’auteur de l’article vous initiera au vocabulaire assez spécial par le biais de petites définitions tout au long de son texte.

Pour coller au thème de cet article, je vous présenterai les personnages avant d’expliquer leurs motivations. Pour une lecture optimisée, je vous donnerai leur équivalent gothamien/graytamien :

50 nuances de Batman AKA Bruce Wayne

  1. Batman, de son vrai nom Bruce Wayne (le Christian Grey du coin), est un homme mûr, musclé et taciturne qui passe le plus clair de son temps à traîner dans une cave. Et à porter des vêtements moulants en cuir noir, à jouer avec les gadgets de sa ceinture sous les yeux placides d’un majordome âgé.
Alfred… son fétiche ? Observer sans rien dire…

Ses activités nocturnes consistent à arpenter les rues de sa ville en voiture pour trouver des hommes avec qui échanger des coups, les attacher avec diverses cordes et filins. Et se cacher dans la pénombre pour parler avec une grosse voix. Accessoirement, il partage occasionnellement sa couche avec une femme tout habillée de latex qui possède un fouet et qui adore griffer.

Bruce Wayne Christian Grey
Milliardaire Milliardaire
PDG PDG
Homme tourmenté Homme tourmenté
Orphelin Orphelin
Aime tout contrôler Aimer tout contrôler
LE DETAIL ULTIME : le téton !

50 nuances de Robin

  1. Robin (Anastasia Steele) est un adolescent, musclé et jovial qui passe le plus clair de son temps à traîner dans la cave de Batman. Il aime porter des collants, les tenues en cuir colorées, et jouer avec les gadgets de la ceinture de Batman sous les yeux placides d’un majordome âgé. Ses activités nocturnes consistent à arpenter les rues de sa ville en moto. Suivre Batman pour trouver des hommes avec qui échanger des coups, les attacher avec diverses cordes et filins et se cacher dans la pénombre pour commenter d’une voix fluette et pleine d’admiration les exploits ultra-violents non-létaux de son mentor. Accessoirement, il partage occasionnellement une paire de liens ou des chaînes avec Barbara Gordon quand il se fait kidnapper par un antagoniste random.
Prêts pour sortir en club !
Robin Anastasia Steele
Jeune adulte Jeune adulte
Initié par son mentor Initiée par son mentor
Père absent Père absent
Enfance difficile Enfance difficile
Et exhibitionniste en prime !

Premier point : Batman se sert d’un ado comme side-kick ? Sérieux ? Quand on connait les ennemis de la chauve-souris ? Bon… admettons qu’il soit sacrément Bad-Ass, quel adulte RESPONSABLE amènerait un ado sur des théâtres d’opération potentiellement létaux ? Et pourquoi ?

Pourquoi ?

Commençons par les bases : BDSM (pour « Bondage, Discipline, Sado-Masochisme ») signifie servitude et discipline, domination et soumission, sadisme et masochisme, soit les principaux piliers du plaisir pervers. Au-delà de ça, il existe tout un langage pour décrire les pratiques consensuelles qui se déroulent sous l’égide du BDSM.

Comme dans 50 nuances de Grey, le BDSM est omniprésent dans l’œuvre de Bob Kane. Pour vous aider à mieux comprendre la relation Batman/Robin (Grey/Steele) dans cette parodie 50 nuances de Dark Knight, voici un glossaire pratique de certains de leurs jeux les plus courants.

Glossaire de notre parodie 50 nuances de Dark Knight :

  • Le bondage : C’est l’acte de se ligoter les uns les autres. Dans la plupart des cas, le partenaire dominant maîtrise le soumis à l’aide de cordes, de menottes, de Velcro, de crochets spéciaux, de boucles ou d’une simple ceinture (si vous n’avez pas de budget à y consacrer). Dans 50 nuances, c’est par là que commence l’initiation d’Anastasia. En ce qui concerne Batman… il pratique intensément le bondage…Dans certaines soirées (échangistes ?), Batman convie le Joker (un fétiche du Clown), le Pingouin (un fétiche zoophile), Poison Ivy (un fétiche Végan) … Bref il va plus loin que Christian …
Le bondage !
  • D/S fait référence à la domination et à la soumission, c’est le cœur d’une relation BDSM. En règle générale, vous êtes soit dominant (Batman/Grey), soit soumis (Robin/Steele). Les relations se basent sur l’échange de pouvoir érotique, et non pas seulement sur le pouvoir d’une personne sur une autre. Le soumis fixe ses limites, et tout est pré-négocié (même la moto). Dans 50 nuances un contrat est établi entre Christian et Anastasia, dans Batman… c’est moins formel mais on peut facilement imaginer que c’est le cas.
Le détail en plus, que boit Robin ? Et pourquoi Batman a l’air si satisfait ?
  • Le edgeplay : S’il y a un risque de dommages physiques réels alors il s’agit probablement d’edgeplay. Les jeux du sang et du couteau en sont un bon exemple. Batarang, grappin ou autres objets coupants sont légions dans la Batcave. Généralement, l’idée de ce jeu n’est pas de se faire saigner. Il relève davantage du plaisir psychologique – on glisse le couteau le long du corps d’un partenaire pour provoquer une montée d’adrénaline.
Une activité de groupe où nos amis prennent un plaisir mutuel
  • Le Jeu d’impact : Il fait référence à tout impact sur le corps comme la fessée, la bastonnade, la flagellation et la gifle, entre autres. C’est le jeu nocturne préféré de nos protagonistes dans les 2 œuvres. A Gotham, les scénarios sont divers et incluent souvent la présence de sbires pour plus de plaisir, car Bruce aime quand c’est extrême…
Un acte que n’aurait pas renié Christian !
  • La communauté BDSM aime le cuir autant que vous pouvez vous y attendre. Les shorts, les pagaies et les corsets en cuir sont populaires, bien que certains détaillants spécialisés proposent désormais une alternative végétalienne à leurs clients qui aiment les animaux. Les fétiches en costumes peuvent entrer dans cette catégorie.
Latex + cosplay de chat = FETIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIICHE
  • Masochiste : Un masochiste est quelqu’un qui s’amuse de recevoir des douleurs… No comment
Fais moi maaaaaaal ! Lance moi une OPA agressive !
  • Topping from the bottom : Ce terme désigne le moment où un soumis joue à l’enfant gâté et tente de contrôler la scène même si les négociations préalables stipulent qu’il doit se soumettre. Cela peut aussi faire partie de la scène en elle-même, comme si le soumis jouait le rôle d’un enfant avec son parent (ce qu’on appelle le « jeu de l’âge »). Là encore on peut voir la rébellion d’Anastasia à l’encontre de Christian comme tel ou les fulgurances de Robin à quelques occasions comme une tentative d’exciter le Batman !  
« Allo c’est la DASS, comment va Robin ? » « C’est un sale gosse qui en plus d’une moto, veut en plus un hélicoptère et un deltaplane, c’est un putain d’enfant gâté ! »

En conclusion de cette parodie 50 nuances de Dark Night,

On peut donc penser à la lumière de ses explications techniques que Batman et Robin partagent une relation SM Bisexuelle non-exclusive à tendance pédophile orientée sur des fétiches extrêmes…

Petite mise au point : un pédéraste est un homme qui a des relations sentimentales et sexuelles avec des garçons mineurs. Un homosexuel n’est donc pas un pédéraste (ou PD dans le langage courant) s’il n’a pas de relations pédophiles ! Donc pas d’amalgames s’il vous plait.

Comme toujours, là où les romans sont orientés pour un public de non-initiés, les comics s’orientent vers les fans hardcores qui trouveront un plaisir plus brut pour assouvir leurs fétiches. Un crossover entre les 2 œuvres serait intéressant à imaginer. Il prouverait bien à Christian que tant en matière de gestion de biens qu’en matière de perversion, le plus fort reste Batman !

Bien, après ces deux exemples éloquents de perversité malsaine cachée sous le prisme de la relation mentor/élève, je vous quitte et vous laisse méditer sur le sens dissimulé des personnages de roman ou de comics. Si vous souhaitez que j’analyse d’autres types de relations cachées, n’hésitez pas à me laisser des exemples en commentaires pour, peut-être, une suite à cet article !

Cherche pas Peter, malgré tous nos efforts on n’arrivera pas à la cheville de Bruce ou de Christian…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire