Revue de la Toile

La Revue de la Toile vous propose une sélection de 7 comédies romantiques, pour cette semaine marquée sous le signe de l’Amour.

En cette semaine de St-Valentin, Tsilla et sa vie sentimentale chaotique ou moi et ma vie sentimentale cool, nous vous proposons une sélection des meilleures comédies romantiques, à regarder à deux, ou tout seul en diagonal dans son lit. Sans modération.

Ps : verre de vin et chocolats optionnels, idéalement croquettes pour votre compagnon/compagne (et je ne parle pas du chat).

Les comédies romantiques ne sont pas un genre nouveau. On en retrouve depuis longtemps dans le cinéma. Les jeux d’amour et le comique de situation sont une base du 7e art. En tout état de cause, nous parlons beaucoup de comédies romantiques. Il y a les incontournables telles que Bridget Jones, Valentine’s day… mais il y a aussi les traditionnelles ! Celles de la génération de nos parents mais qui sont entrées dans l’histoire du cinéma. Nous parlons bien évidemment de Pretty woman, Dirty Dansing ou encore Quand Harry rencontre Sally.

Il serait trop facile de prendre un de ceux-là… alors parlons d’un très vieux mais intemporel. Un film de 1970, basé sur un livre : Love story.

LOve Story 1

Ce n’est pas le film du siècle mais une histoire d’amour simple et magnifique. Les personnages principaux s’aiment au-delà des clichés et c’est ce qui rend cette histoire si belle. On sait dès la première minute comment va se terminer cette histoire mais… on espère quand même.

Le film commence sur cette phrase du héros, Olivier Barrett IV : « Que dire d’une femme qui meurt à l’âge de ving-cinq ans ? Qu’elle était belle et très intelligente. Qu’elle aimait Mozart, les Beatles… et moi. »

giphy (2)

[L’amour, c’est ne jamais avoir à dire qu’on est désolé]

Le ton est donné, l’histoire est posée. On est en droit de se demander si c’est vraiment une comédie romantique et pas une tragédie romantique. Mais non. Les plus belles histoires d’amour ne sont-elles pas basées sur des drames ?

Ainsi voit-on un homme issu d’une famille aisée, étudiant en droit à Harvard, qui rencontre une jeune fille à la bibliothèque où elle travaille pour payer ses études.

Certaines scènes sont clichées mais pas mièvres. Le fait que l’on sache dès le début la fin de l’histoire permet d’appréhender celle-ci d’un autre regard, le cliché a sa place dans la mesure où l’épée de Damoclès au-dessus de la tête de Jenny permet de conférer aux scènes une dimension intense et dramatique.

Le duo Ryan O’Neal et Ali McGraw fonctionne particulièrement bien. Leur alchimie permet de passer outre les scènes parfois trop longues rappelant que l’histoire s’inspire d’un roman.

26113E7C00000578-0-image-m-12_1424887088989

Le scénario n’a rien d’extraordinaire, mais l’histoire est très très belle. Elle est doublée d’une parfaite interprétation des acteurs. La fin se déroule très rapidement, ce qui est logique, puisque l’on sait déjà comment cela se termine. Et puis, ce qui est important dans une comédie romantique, c’est surtout de voir les personnages se rencontrer et savoir comment ils en sont venus à s’aimer.

En conclusion, malgré un ton qui date des années 70 bien, les dialogues restent modernes, rendant le film intemporel. Le point de vue peu orthodoxe de la réalisation spoilant la fin dramatique dès le début, ainsi que la trame classique valorisée par la performance artistique des acteurs fait de Love story une comédie culte à voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :