Revue de la Toile

Visiter les studios Harry Potter : notre épopée

Scroll down to content

Nous avons visité les Studios Harry Potter ! Voici notre retour sur ce moment magique !

20180306_144521.jpg

Quatre jours avant que votre vénérée cheffe étoilée Staline je ne dépasse définitivement le quart de siècle, soit le côté obscur de la force, Amy et moi sommes parties à Londres visiter les studios Harry Potter. Voici le récit de nos aventures, garanti sans spoils. Ou presque.

L’exploration a eu lieu le 6 mars, donc, cher-ère étoilé-e, tu peux sauter les jours précédents. Ce serait fortement dommage cependant…N’oublie de te rendre à la fin de l’article pour lire les précieuses recommandations d’Amy, si toi aussi, tu veux partir à l’aventure !

Oui, parce que si tu ne le sais pas encore, nos Karmas respectifs ne sont jamais très bons, alors conjugués, nous te laissons t’imaginer. Grosse ambiance en perspective.

Visiter les studios Harry Potter notre épopée (revuedelatoile 01).gif

Le 4 mars 2018 : Entre excitation et exténuation, J-2 avant la visite des Studios Harry Potter

Tsilla :

Il est trois heures du matin, je ne peux pas fermer l’œil. Non. Dans deux jours, je vais réaliser l’un des rêves de ma vie : visiter les studios Harry Potter (sinon j’aimerais bien une paire de Louboutins). Du coup, mon cerveau a décidé que dormir pleinement deux jours avant, ce serait pour les faibles.

Amy :

Il est toujours trois heures du matin, mais moi je ne dors pas pour la bonne raison que je travaille. De nuit. Donc, moi, mon cerveau et mon corps me font dormir tooooooooooooute la matinée.

Visiter les studios Harry Potter notre épopée (revuedelatoile 03).gif

Le 5 mars 2018 : En route pour Londres ! J-1 avant la visite des Studios Harry Potter

Tsilla :

Je retrouve Amandine à Gare du Nord. C’est carrément la fête du slip chez mamie dans le métro, et je me demande si je vais arriver à temps pour prendre l’Eurostar. Finalement, Amandine arrive au moment même où ma batterie de smartphone me lâche. Comme à son habitude, elle me pose des questions essentielles : « Tu as pris tes billets ? Tu as pris de quoi manger ? Tu veux de l’eau, j’ai pris de l’eau ? ». Mamandine, dans toute sa splendeur. Je vais au kiosque de la gare pour échanger des euros contre des livres. J’ai cent livres de budget pour trois jours, ça devrait le faire. Autour de nous, il y a des bancs, des sièges, mais nous, on décide de patienter comme des clochardes par terre, pour profiter du sol fraîchement nettoyé, en attendant le Poudlard Ex…l’Eurostar.

Nous prenons le train, nous voyons défiler des paysages magnifiques, puis nous arrivons dans la banlieue de Londres. Cela fait précisément dix ans que je n’y ai pas mis les pieds. Premier constat : c’est toujours aussi moche.

Le métro londonien : vrai labyrinthe 

Nous sortons de la gare et nous nous dirigeons vers le métro. Deuxième constat : les billets de métro, c’est cher. Nous entrons dans le métro. Troisième constat : what’s the fuck ? C’est quoi ces plans de métros pas clairs du tout ? On va mourir ! J’ai un sens de l’orientation tellement peu développé que je suis capable de me perdre sur un twister. Non, ce n’est malheureusement pas une métaphore, ni même une blague. Je compte sur Amandine pour nous sortir vivantes de ce labyrinthe. Quatrième constat : je comprends mieux pourquoi Tolkien a créé les hobbits, vu la tête du métro londonien. Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir suffisamment mangé de la soupe dans ma prime jeunesse, et ce, malgré mon mètre 55.

Après une bonne demi-heure, nous arrivons à l’airb’n’b que nous avons loué. Il s’agit d’un appart’ avec des chambres communes, une cuisine, et une salle de bain. Nous décidons de sortir pour aller faire un tour à Victoria Secrets, et explorer les environs. Faire genre qu’on des sous, quoi. Et là, mon budget explose complètement le temps d’une soirée. Lorsque nous rentrons à l’appart’, nous sommes épuisées.

Visiter les studios Harry Potter notre épopée (revuedelatoile 02)
Sérieusement, comment vouliez-vous qu’on s’en sorte ? Il y’a des ramifications de partout sur les lignes !

Amy :

Ce que Tsilla ne dit pas, c’est que j’ai tout organisé. Notre cheffe de la Revue est aussi organisée et prévoyante qu’un poulpe en fin de vie, lorsqu’il s’agit des trucs qui nécessitent du sens pratique, comme les voyages, les montages et démontages de meubles, les parties de Twister ou les déménagements. Donc, s’il y a une merde, c’est pour Bibie. Bref. J”avoue qu’on a galéré avec le métro. Les trois jours. Je trouvais le métro New Yorkais compliqué, mais en réalité, il est super simple ! Le métro parisien aussi est parfait à côté ! Je ne parle même pas des couloirs immenses alors que les quais sont minuscules, du manque de panneaux d’affichage ni des billetteries incompréhensibles même en français. Mais en définitive, on ne s’est trompé qu’une seule fois sur les trois jours. Je pense que nous pouvons être applaudies pour notre performance.

Visiter les studios Harry Potter notre épopée (revuedelatoile 04).gif

Peu importe, j’étais en Angleterre pour la première fois, avec ma meilleure amie et même le temps maussade ne pouvait entamer ma bonne humeur… surtout après un tea time tardif et deux heures à farfouiller Victoria’s Secret. Épuisées et heureuses, nous avons dîné français (évidemment, nous avons une réputation à tenir quand même !). Puis nous nous sommes écroulées de fatigue.

Le 6 mars 2018 : Les studios Harry Potter, le Jour J.

Tsilla :

C’est le grand jour J. Je n’ai toujours pas vraiment dormi, et je suis à moitié à l’ouest, à moitié surexcitée. On dirait que je suis sous extasy, mais en fait, non. Nous prenons un billet à 18 livres pour aller jusqu’en Banlieue, prendre le bus à deux étages pour touristes, direction Les Studios Harry Potter. Une seule chose est certaine : je ne me plaindrais plus JAMAIS des changements à Châtelet-les-halles. Nan mais sérieusement, c’est quoi ce plan de métro ? Un test de Q.I. grandeur nature ou un entraînement pour les prochains Hunger Games ?

20180306_144302.jpg

Nous arrivons pile à l’heure pour prendre le bus et entrer dans les Studios. Je supplie Amandine de me prendre en photo avec Sirius Black. Bin quoi ? Vous aussi vous feriez pareil, non ? Faute de temps, nous rentrons dans les Studios rapidement. Ce n’est pas grave, je ferais un bisous à Sirius plus tard. Nous y sommes enfin : Ron, ne bouge pas mon amour, j’arrive !

L’entrée est tout simplement sublime : les costumes des personnages des Créatures Fantastiques sont exposés dans le hall. Puis, vous passez dans un immense couloir tortueux décoré façon carte du maraudeur, avec des citations des personnages. Tellement Badass.

20180306_144135.jpg

Enfin, nous arrivons dans une pièce, où nous voyons l’entrée des Studios, et la boutique souvenir, qui fait office de sortie. Sur les murs, en hauteur, nous voyons des posters géants, une reproduction de la Ford Anglia des Weasley. Les vitrines de la boutique sont décorées à la manière des véritables boutiques du chemin de traverse. Nous nous engouffrons vers l’entrée, suivant la Plèbe. Et là, surprise ! Sur notre gauche, nous voyons le placard sous l’escalier. Par les poils du slip de la sorcière borgne, mais qu’est-ce que c’est le bazar ! Harry aurait pu ranger sa chambre étant donné qu’il nous a invitées, non ? Bon, ok, techniquement, c’est plus nous qui nous tapons l’incruste. Mais tout de même !

20180306_120938.jpg

L’entrée dans les Studios

Après une attente qui m’a semblé interminable, nous entrons enfin dans une pièce. Nos accompagnateurs ne parlent qu’anglais. Ils nous demandent « Qui est de Pouffsoufle ? », et presque personne ne lève la main. Nous sommes plus nombreux chez les Gryffondors, Biatch. Après un petit speach drôle et sympathique pour nous dire à quel point ils sont ravis que nous ayons traversé la manche ainsi que les monstruosités de leur métro pour venir, nos accompagnateurs nous disent de nous écarter des murs. Des grands panneaux descendent tout autour de nous, et nous voyons un petit film en anglais qui retrace l’histoire du petit sorcier.

C’est à cet instant précis que je réalise que si tu ne comprends pas l’anglais, tu ne comprendras pas un seul de mot de toute la visite. Mais bon, c’est pas grave, tu auras toujours tes yeux pour regarder. Nous passons ensuite dans une autre salle, qui ressemble fortement à une salle de cinéma. Je n’en dirais pas plus pour ceux qui vont visiter les studios, car à la fin de ce film-là, j’ai vraiment eu l’impression d’avoir onze ans. Oui, j’avais onze ans et je venais de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard. Un moment extraordinaire, qui a réveillé mon âme d’enfant. Amandine a immortalisé cet instant sur une vidéo, qu’elle ressortira certainement lors de mon mariage, histoire de me coller la honte devant toute ma famille. Mais, ça valait le coup, et puis, à sa place, j’aurais fait pareil.

20180306_121551.jpg

Des décors immenses et des heures de visite

L’énorme surprise de cette visite, c’est tout d’abord l’immensité des décors : que ce soit la Grande salle, ou la forêt interdite…On en prend plein la vue, et on peut se balader dans les divers endroits qui nous ont tant fait rêver. Je m’attendais à une succession de biblots, mais non. Il y a vraiment beaucoup d’activités à faire et de lieux à visiter. Je déconseille très fortement la forêt interdite aux arachnophobes. La mise en scène des lumières vous permettra de vous prendre pour un photographe professionnel, même si vous êtes seulement muni de votre smartphone. En tout, nous en avons eu pour six heures de visites. A chaque fois que l’on quittait une pièce, qui nous semblait déjà impressionnante que ce soit par sa taille ou par le nombre d’objets ou de scènes reconstituées, nous en abordions une autre qui l’était tout autant, sinon davantage.

20180306_133204.jpgDe toute la visite, j’ai préféré la Grande salle, la maquette de reconstitution de Poudlard – Amandine et moi avons finalement fini par comprendre pourquoi les élèves de Poudlard ne faisaient jamais de sport, ils doivent tellement avoir le seum de courir entre les cours déjà…et puis j’aimerais tellement pas être à la place de celui qui a cours dans les serres, puis au sommet de la tour d’astronomie !-, et enfin, le magicobus. Tout au long de la visite, j’ai été de surprises en surprises : je n’ai pas été déçue un seul instant des Studios Harry Potter. Après ces longues heures de marche à nous balader dans la tête de J.K. Rowling et de tous les concepteurs des films, j’étais tout simplement émerveillée. Le retour à la réalité m’a semblé un peu difficile pour tout vous avouer.

20180306_131628.jpg

A mi parcours, nous avons pu nous arrêter manger au self. J’ai même pu prendre un hamburger sans gluten. Ils proposaient de la bièraubeurre, malheureusement, y étant allergique (oui, pas de gluten, pas de bière, pas de bière, pas de bièraubeurre, pas de bièraubeurre, pas de bièraubeurre) je n’ai pas pu y goûter. Les prix étaient raisonnables : à hauteur d’un menu au Starbucks. D’ailleurs, il y a un Starbucks dans l’entrée si vous avez vraiment faim ou soif, avant ou après la visite. Et pendant la visite me demanderez-vous ? Eh bien, achetez-vous des chocogrenouilles ou autres friandises Pottersiennes, vous en trouverez dans toutes les boutiques !

20180306_133747

Des boutiques souvenirs à tous les coins 

Votre chemin sera jalonné par les boutiques, un peu comme dans le Disney Village. Cependant, je dirais que ça passe plutôt bien, nous n’avons pas eu totalement l’impression d’être des hyppogriffes à lait. Même si, ok, je l’avoue, j’ai tellement explosé mon compte en banque que je mange des pattes depuis trois mois. Je me suis offert la cravatte gryffondor avec le serre-tête assorti, un billet de train de la voie 9 ¾, une chocogrenouille pour un ami, un paquet de mini grenouille au chocolat et à la menthe (fin, un truc typiquement anglais, quoi) et une tasse Gryffondor.

20180306_134841.jpg

Après nous avons fait un tour à King Cross, où il y a un magasin souvenir, dans lequel les goodies coûtent deux fois moins cher. Je vous conseille donc d’aller les acheter là-bas, sauf si vous voulez un uniforme ou une cravate, qui sont de bien meilleure qualité dans les studios.  c’était le lendemain poulette. On était en avance pour notre train de Pancras alors on a traversé pour se rendre à King Cross.

Nous sommes reparties avec une photo souvenir de nous, déguisées en sorcières, sur une affiche photoshopée « have you seen those wizzards ? », des moments de fous rires, un level up en orientation, des partages, des sourires et des souvenirs.

20180306_132047.jpg

Amy :

Il n’y a que peu de choses à ajouter… je ne suis pas comme Tsilla, une fan inconditionnelle de Harry Potter, mais j’ai été éblouie par les studios. J’ai plutôt apprécié car je suis actrice, et j’aime la réalisation et la production… visiter ces studios m’a plongé au cœur du tournage avec des décors véritables, des costumes, des maquettes, des plans, des marionnettes et autres mécanismes. Cette visite s’adresse vraiment à tout le monde, chacun pouvant s’intégrer complètement au milieu en appréciant différente chose. C’est cela, moi, que j’ai préféré. Ainsi que la reconstitution du bureau de Dumbledore.

20180306_114649.jpg

Après la visite, nous étions épuisées, ainsi ne sommes-nous pas sorties tard ce soir là. Un verre de vin dans un bar, un dîner – anglais – sur les bords de la Tamise après une promenade à la City jusqu’au Tower Bridge. Nous aurions aimé visiter la Tour de Londres mais il était tard, nous nous sommes donc contentées d’en faire le tour. Sympathique sortie.

20180306_144356.jpg

Mercredi 7 mars : Retour à la réalité et retour en France

Tsilla :

Le lendemain, j’avais encore la tête dans les nuages, mais probablement BEAUCOUP moins de cernes car j’ai un peu mieux dormi, pas beaucoup, mais mieux. Nous avons sillonné Londres, et nous avons mangé dans un très bon restaurant. Je ne pourrais malheureusement pas te faire l’apogée de Londres : c’est une des rares capitales que je n’ai pas appréciée. Ce deuxième voyage n’a fait que conforter mon premier ressenti : si je dois retourner en Angleterre, ce ne sera ni à Londres, ni dans sa banlieue !

Amy :

Dernier jour. Malgré tout, nous ne dormons pas beaucoup et aujourd’hui, la pluie est de la partie. Super. L’Eurostar n’est qu’en début d’après-midi donc après avoir nettoyé la chambre et pris notre petit déjeuner, nous partons, en visite, avec nos valises. Ouais, French Classe !

Columbus Circle, Hyde Park et la cathédrale Saint-Paul… Si parcourir le parc était un  superbe moment, malgré la pluie – on se serait cru sur le champ de Mars  à Paris avec ses magnifiques bâtiments à côté – nous ne sommes pas entrées dans la cathédrale : trop cher. C’est le grand défaut de Londres : tout est excessivement cher. Pas vraiment la nourriture ni le logement en soit mais tout le reste : transports, monuments, magasins… Légèrement décevant.

Épuisées, nous sommes arrivées en avance à la gare Pancras où nous attendra notre Eurostar pour la gare du Nord. Après un petit Starbuck pour nous redonner des forces, nous partons pour King Cross, juste à côté, pour voir la voie 9 ¾. Tsilla m’a appris qu’ils y avait installé un “quai” spécial. Quelle brillante idée !

20180306_105357

Et, en effet, il y a la voie 9 ¾ avec un chariot à moitié dans le mur et la possibilité de se faire prendre en photo comme si nous traversions le mur. Juste à côté, une boutique souvenir des studios Harry Potter, moins fournie certes que dans les Studios, mais aussi, paradoxalement BEAUCOUP moins cher. Je n’ai rien acheté – trop tard – si seulement j’avais su plus tôt que cette boutique existait !

Des conseils pour partir

Je terminerai par quelques conseils pratiques si tu veux, toi aussi, partir à l’aventure :

1 – Achète Oyster Card Londres ou TravelCard Londres, mais attention, ça ne se commande que sur Internet et un mois (il me semble) au moins avant la date du voyage. Plus rapide, plus pratique et moins cher !

2 – Ne prends pas le bus spécial qui t’emmène directement de la ville aux Studios. C’est très cher pour pas grand-chose. Cherche le bon train, tu verras, ce n’est pas compliqué. Il suffit d’aller à la gare Pancras et de prendre un train genre transilien ou Ter… devant ladite gare, suis le flot de touriste, juste devant il y a l’arrêt du bus qui t’emmène aux studios. Tu ne peux pas le manquer !

3 – Imprime-toi bien un plan du métro de Londres et suis bien les panneaux à l’intérieur du métro !

4 – Les hôtels sont chers, n’hésite pas à passer par des plateformes airb’n’b, ou des chambres d’hôtes.

Pour le reste, les anglais sont plutôt sympas, ils t’aideront, alors n’hésite pas à demander !

En conclusion

20180306_112517.jpg

Amy : Un voyage haut en couleur et divertissement. Malgré le temps maussade, rien n’entama notre bonne humeur et nos souvenirs. Même les péripéties du métro nous amusent aujourd’hui. Je suis déçue cependant par la ville… c’est moche. Et je ne parle même pas de la banlieue de Londres ! Tout marron, des maisons ouvrières de la révolution industrielle… non, vraiment, je n’adhère pas du tout. Plus je visite de villes et de capitales, plus j’en viens à comprendre pourquoi Paris est considérée comme la plus belle ville du monde.

Tsilla : Maintenant que l’un de mes rêves a été réalisé, à savoir visiter les Studios Harry Potter avec ma meilleure amie et faire un bisou à Sirius Black, je vais devoir trouver un autre rêve comme le dit Flynn à Raiponce. Ce que je retiens, c’est que je n’ai pas été déçue du voyage, et que je recommencerais sans hésiter. Je te conseille vraiment de vivre cette expérience, ne serait-ce que pour ressusciter en toi l’enfant qui attend toujours sa lettre de Poudlard.

20180306_131838.jpg

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

5 Replies to “Visiter les studios Harry Potter : notre épopée”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :