fbpx

Présentation de Tsilla AUMIGNY rédactrice en chef de la Revue de la Toile

Détournement d'une photo de Tsilla Aumigny sous forme d'affiche de propagande dystopique communiste

Tu te demandes sûrement pourquoi mon équipe me surnomme Tsilla Aumigny, Cheffe étoilée suprême, Petite mère de la Toile, Conquérante des Royaumes de l’Internet, Rédactrice en chef au clavier de fer sous touche de velours, Dresseuse de Licornes qui crachent des paillettes dans la secte la rédac’ de la Revue de la Toile ? À vrai dire, moi aussi.

Ave Camarade !

Détournement d'une photo de Tsilla Aumigny sous forme d'affiche de propagande dystopique communiste

Toute ma vie, j’ai reçu divers noms. Ma prof de Lettres préférée m’appelait mon petit Che Guevara. J’ai été m’a comparée à Bree Van der Kamp, plusieurs fois. Pour d’autres copains, je suis Wonder Woman, ou Captain Marvel. Mon chéri m’appelle Holt, Raymond Holt. Et Sheldon Granger quand je l’agace. Des légendes urbaines prétendent que l’on m’appelle fréquemment Eh toi, oui toi, la meuf cheloue là-bas, mais je ne suis pas tout à fait certaine que ce soit réellement un surnom.

Comme ces personnages fictifs et historiques, je suis courageuse, généreuse et passionnée. Je suis créative, révolutionnaire et déjantée. Je ne peux m’empêcher d’être autoritaire, maniaque et psycho-rigide.

Alors, tu veux toujours savoir comment j’en suis arrivée à écrire des articles, et fonder ce journal ?

Tout a commencé le jour où j’ai poussé mon premier cri. Deux phénomènes ont considérablement influencé ma destinée : le jour de ma naissance et mon patronyme impronçable. En effet, je suis née le même jour que Chuck Norris. Il m’a transmis la force d’avancer et de croire dans les causes que chacun pense perdues. Merci Chuck Norris.

Quant à mon prénom, on le qualifie souvent : « d’original », de « particulier », pour me faire comprendre subtilement, mais de façon socialement acceptable, qu’il est spécial. Ou moche. « Tsilla », signifie ombre. Mon deuxième prénom, « Clothilde », glorieuse au combat. Ils décrivent parfaitement mon caractère. J’aime agir dans l’ombre. Cependant, ne t’y trompe pas, sous des apparences calmes, je bouillonne à l’intérieur. Tel un volcan emprisonné sous la glace. J’observe, j’élabore une stratégie, puis j’agis.

Bercée par la pop culture, j’ai, comme tous les enfants de la génération 90, rêvé de devenir dresseuse de pokémons, voler sur une licorne aux côtés de Starla, manger des pizzas dans les égouts de New York avec les tortues Ninjas, mettre des fessées au Joker avec Batman, me transformer en Power Ranger, arpenter le terrain d’Olive et Tom, recevoir ma lettre pour partir à Poudlard, dans la maison Gryffondor, et apprendre des choses carrément plus intéressantes que la géométrie dans l’espace. Ou alors, étudier dans l’Institut du Professeur Xavier, tout en lorgnant sur Logan.

Puis, l’adolescence est passée par là.

Sur mon temps libre, je distribuais des tracts à la sortie de mon établissement scolaire pour inciter mes camarades à se rebeller et à participer à des actions (comme des manifestations, des tables rondes, la fête de l’Huma, ou encore, bloquer les grilles du portail du lycée avec un caddie) pour sauver notre École de la destruction. C’est là que j’ai rencontré Antoine.

Je dévorais tous les livres qui me passaient sous la main. TOUS. J’ai fini par faire craquer deux bibliothèques et plusieurs de mes sacs, tant je les remplissais. De TOUT. Mangas, BD, Classiques, Biologie, Histoire, Arts, Politique, Sociologie, Psychologie… Que ce soit par les Sciences ou la Fiction, je tentais de comprendre les nuances de ce monde que chacun peint d’une couleur différente. J’ai donc naturellement fini par atterrir en section Littéraire. Ou bien, mon 4.6 de moyenne en Maths et mon désintérêt total pour cette matière en seconde y sont peut-être pour quelque chose.

Parallèlement à mes activités de lecture et de révolutionnaire en herbe, je dessinais. Je geekais sur des jeux dans lesquels je sauvais ou je bâtissais des empires. J’étais là aux prémices de Youtube et DailyMotion. Je partageais mes dernières trouvailles à mes ami·e·s, que ce soit des vidéos parodiques ou les premiers Podcasts. Sinon, j’incarnais sur des forums RPG -seuls les vrais savent- une directrice d’École de sorcellerie détonante. Je séchais régulièrement l’option Sport, même si j’adorais l’athlétisme. Et les Arts Martiaux, que je pratiquais deux fois par semaine. Surtout, j’écrivais. J’étalais déjà, sur des pages et des pages, des poèmes, des fictions, des fanfictions sur Harry Potter, des pensées profondément philosophiques sur la décadence de ce monde dans lequel j’ai pourtant foi, des paroles amusantes, des univers que j’avais maintes fois exploré dans les confins de mon esprit.

Et après ?

J’ai eu mon Bac ailes sans réviser. Je me suis retrouvée en double licence Droit-Histoire de l’Art à Paris I. J’ai compris que je ne serais jamais faite pour résoudre les cas législatifs dont les protagonistes fictifs s’appelaient Jacques Vabre, ou Mr Propre. Ah… l’humour de juriste, étrangement, cela ne manque pas.

Durant cette période, je donnais des cours d’Arts Martiaux, et des cours de français. J’ai donc décidé de virer de bord, et d’épouser mes deux vocations : la Littérature, et celle d’enseigner à des jeunes padawans. Comme je l’ai compris au cours des camps scouts auxquels j’ai participé comme cheffe, je ne serais heureuse qu’en étant au contact permanent d’enfants que je pourrais tyranniser aider à avancer sur le chemin de la vie.

Pendant mon cursus scolaire pour devenir prof, j’ai basculé du côté obscur des Lettres en tombant profondément amoureuse des Lettres Classiques. Je suis donc devenue enseignante de langues mortes mortes en voie d’extinction : Latin, Grec et Français. Quel bonheur que d’enseigner à des jeunes comment prononcer le verbe latin « amare » conjugué à la troisième personne du futur de l’indicatif de la voie active. « AMABIIT », allons, répétons tous en cœur les enfants : »AMABIIIT ». J’adorais mon métier.

J’ai été mutée dans l’Académie de Reims où j’ai rencontré Jaoued, Steeve et Jojo. Ensemble, nous participions à l’émission culturellement Geek sur la radio RCF, mais aussi, à des vidéos de promotion pour les JMJ que tu trouveras sur YouTube.

Tu penses qu’entre mes cours, mes activités extrascolaires et les cours que je donnais je n’avais plus de vie ? FAUX.

Détournement d'une photo de Tsilla Aumigny, prise lors d'un camp scout, en affiche de propagande bolchévique digne des meilleures dystopies
Cette image est le détournement d’une photo de Tsilla Aumigny. Elle la présente, telle la dirigeante bolchévique qui sommeille en elle, en noir et blanc, lunettes ray-ban rouges, et un foulard rouge et blanc (qui s’avère en réalité être son foulard de scoutisme, vert et jaune). Derrière elle, un fond strié dans un dégradé de rouge et des étoiles au-dessus de son meilleur profil achève la transformation de ce qui était une photo prise sur le vif par une jeannette alors qu’elle n’avait pas dormi correctement depuis 4 jours, en affiche de propagande digne des instants les plus brillants de la période soviétique, tenté qu’ils aient un jour existés. Le patronyme de Tsilla Aumigny surplombe cette composition, tandis que le slogan « aujourd’hui la toile, demain le monde », a été inscrit en dessous de sa photo. Il est encadré par les initiales TA entrelacées et une étoile. Les bords de l’affiche ont volontairement été vieillis. Source : Jaques Martel et Photoshop, Aujourd’hui la toile, demain, le monde, 2018

J’avais co-fondé un journal, la Gazette du Geek, grâce auquel j’ai rencontré Clément et Justine. Lorsque le co-fondateur et moi-même avons cessé nos activités, il est reparti avec le journal. J’ai conservé le meilleur : nos rédacteurs. Tous ensemble, nous avons décidé de bâtir un nouveau site internet sur lequel je pourrais tartiner des analyses d’œuvres de pop culture qui ont pour but secret de décrypter le sens de la vie.

Et puis, la vie… c’est se réinventer, encore et encore !

Après mon épopée champenoise et la création de la Revue de la Toile, j’ai déménagé dans le Sud, mutée dans la ville d’Agde, paisible, d’octobre à mai seulement, après, des touristes et des moustiques nous envahissent. C’est là que s’est écrit un nouveau chapitre de ma vie.

Affublée d’une maladie génétique orpheline dont le nom (Ehlers-Danlos) -tout aussi imprononçable que mon patronyme- est l’alliance de ceux de deux médecins : un français et un danois, je suis devenue l’équivalent féminin du professeur Xavier, la calvitie en moins, après une grossesse qui a laissé des traces. Obligée de me reconvertir, je suis actuellement sur un poste qui possède lui aussi un nom beaucoup trop long et une signification obscure, mais qui se résume à réaliser des articles, des newsletters, des audits, des pages internet, pour lesquelles j’ai repassé des certifications. Parce que je n’aurais probablement jamais assez de diplômes et de certifications dans ma toute vie.

Je fais partie de ces personnes qui s’imaginent que la connaissance et l’univers sont illimités, et que notre savoir est dépassé par l’immensité de lois qui nous demeureront à jamais inaccessibles. Qu’y a-t-il de plus beau ? Que de chercher la Vérité, et tel le Graal, arpenter des chemins qui permettront non pas de la trouver, mais d’explorer ses sentiers, encore et encore, vers l’infini et l’au-delà.

Depuis toutes ces années, je n’ai qu’une seule envie : t’entraîner avec moi dans ma quête insatiable de Vérité. C’est la raison pour laquelle j’ai fondé cet empire ce journal avec mes esclaves mes collaborateurs que j’exploite j’emploie à cette lourde tâche : révolutionner la toile. Camarades, les informations qui vous parviennent sont exploitées dans le seul but de te manipuler. La lutte des médias est un combat perpétuel. Avec mon armée de rédacteurs et leurs plumes acérées, nous gagnerons cette guerre. La revue de la Toile vaincra. Ma vocation :  te donner un autre point de vue sur la pop culture, te faire voir ce que tu n’aurais pas perçu, car si l’essentiel demeure invisible pour les yeux, il ne l’est jamais pour le cœur.

Aujourd’hui, la toile, demain, le monde.

Me contacter : 

  • téléphone : 06.59.63.07.45
  • mail : tsilla.aumigny.revuedelatoile@gmail.com

Suivre ma vie trépidante sur les réseaux sociaux :

Merci à mon ami Jacques Martel pour cette magnifique illustration digne d’une affiche de propagande dystopique 😉
Longue vie et prospérité !

Merci d’avoir lu cet article ! Nous vous invitons à rejoindre la communauté des étoilé·e·s en participant à notre groupe Facebook « La Galaxie de la Pop-culture ». N’hésitez pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile

Comments

51 réponses à “Présentation de Tsilla AUMIGNY rédactrice en chef de la Revue de la Toile”

  1. […] Article écrit par Enjoyreading, lu et corrigé par Tsilla Aumigny […]

  2. […] Le Boss (ou Grand Moineau du conflit ouvert et de la non censure) nous laissant une liberté quasi totale, j’y suis devenue critique. J’ai appris à délier les langues comme les ficelles du métier : la Langue de Bois est également devenue une LV3 que je comprends et maîtrise parfaitement depuis, peut-être mieux même que la langue de puterie. Inutile de vous barricader derrière des mots perfides et ambigus : mon esprit cartésien les percera à jour et vous transperça par la même occasion. Rien n’est plus douloureux que la vérité, si ce n’est de crever un égo démesuré, peut-être. […]

  3. […] plusieurs… euh quelques semaines la Petite Mère de la Toile, clavier de fer sous touches de velours, me harcèl… demande un top 10 de mes vidéos […]

  4. […] Summoner (Je tiens à préciser que j’avais arrêté ma phrase à ce moment précis mais ce tyran stakhanoviste nous supervisant m’a demandé de vous donner des précisions : donc, c’est un jeu). […]

  5. […] Il est temps pour elle de repartir à l’assaut de l’école pour mieux pourrir les chères têtes blondes qui la peuplent ! Ni une ni deux, elle recycle son idée de mouvement de protection des animaux et tente (encore) de s’octroyer une aura de protectrice bienveillante des formes de vie subalternes en créant la SALE. Cette petite manipulatrice voulait appeler l’organisation “Arrêtons les Mauvais Traitements Scandaleusement Infligés à nos Amies les Créatures Magiques et Luttons pour un Changement de leur Statut”, mais puisque ce nom ne tenait pas sur un badge, elle a opté pour le nom actuel : La Société d’Aide à la Libération des Elfes. L’adhésion au groupe coûte deux mornilles, suivant les préconisations d’une théorie économique qui a fait ses preuve. Appelée la méthode B.A.L.K.A.N.Y, celle-ci permet par un habile montage financier de détourner 95% des fonds ! Cette adhésion donne droit à un badge, qui permet de financer « officiellement » une campagne de tracts. Hermione Granger, en cherchant à recruter de nouveaux membres, fait le tour de la Salle commune de Gryffondor. […]

  6. […] jours avant que votre vénérée cheffe étoilée Staline je ne dépasse définitivement le quart de siècle, soit le côté obscur de la force, Amy et moi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.