Hermione, ma sorcière (injustement) bien aimée…

Nous nous étions arrêtés à la fin du tome 3 dans notre précédente analyse. Je vous avais expliqué pourquoi Hermione Granger était une perverse manipulatrice… alors c’est parti pour la suite ! Je vais tenter de vous expliquer pourquoi Hermione est devenue abusivement populaire.

Préambule : Je tiens à préciser que cette chronique a pour but d’être humoristique et n’enlève en rien le respect que j’ai pour les auteurs qui ont un talent pour inventer que je n’aurai jamais…

Azkaban, c’est froid. C’est dur. C’est bien moins équipé qu’un AIRBNB si vous voulez mon avis. Oui, si je n’ai pas écrit d’article depuis un moment, c’est que le dernier m’a valu de gagner un séjour, pour le moins inconfortable, dans la fameuse prison du monde des sorcier. Le chef d’inculpation ? Ben c’est là où le bât blesse ! Il n’y en a pas. Mais je pense avoir froissé quelques huiles du monde magique pour en arriver là.
Enfin, après avoir âprement négocié auprès de la confédération magique j’ai été remis en liberté. Je tiens à continuer mon travail d’investigation pour vous prouver qu’Hermione Granger n’est pas celle que vous croyez.

C’est parti pour l’analyse de la Coupe de feu. Un tome bien sportif pour notre manipulatrice à la peau de pêche !

Notre chère Hermione est introduite dans ce tome directement chez les Weasley. On peut remarquer que plutôt que de passer un peu de temps avec sa famille, qu’elle n’a pas vu depuis un an, elle préfère continuer son entreprise d’infiltration en se rendant directement chez des sorciers mous du bulbe et imposer sa présence chez un membre du ministère. C’est vrai, le père Weasley, malgré son côté sympathique, est un vrai attardé ! Membre du service ayant pour but d’étudier le monde moldu, ce manche à balai n’est pas capable de comprendre des concepts simples tels que l’usage normal d’une senseo ! Donnez-lui la télécommande de la télé entre les mains et il vous sortira que son utilité pour les moldus est de faire des gaufres… Bref, avec des débilos pareil rien de plus simple que de passer pour un génie.

Hermione l’a bien compris !

Toute la petite chtit’ famille, aka THE cliché de bouseux anglophones, décide de se rendre avec Harry Potter (enlevé récupéré en dépit de toute forme de politesse élémentaire dans sa famille d’adoption) à la Coupe du Monde de Quidditch.

Lors d’un tel événement, il n’est pas rare de croiser des personnalités influentes du monde de la politique, du spectacle ou évidemment du sport. Hermione, en fin stratège le sais bien. Même si elle n’aime pas beaucoup le sport, elle en profite pour étoffer son réseau par le biais du père Weasley qui l’introduit auprès des hôtes de marque. Malheureusement pour elle, le spectacle tourne court suite à la joie débordante d’un groupe d’ultra de Tourcoin des Mangemorts. Toute la famille est contrainte de rentrer au Terrier. Ah ! Même le nom de la maison des Weasley sonne clodo, c’est dingue !

Dans la discussion qui suit le retour au domicile, en bonne miss je-sais-tout et je suis la meilleure pour enfumer mon petit monde, Hermione prend un malin plaisir à critiquer d’excellents journaux.

Tel que le travail remarquable de VRAIS journalistes d’investigation, comme ma collègue Rita Skeeter. Un moyen simple pour semer un petit peu plus le doute d’un complot magico-reptilo-illuminati-bolchévique dans la tête de la famille consanguine qui l’accueille.

Puis, la rentrée arrive.

Il est temps pour elle de repartir à l’assaut de l’école pour mieux pourrir les chères têtes blondes qui la peuplent ! Ni une ni deux, elle recycle son idée de mouvement de protection des animaux et tente (encore) de s’octroyer une aura de protectrice bienveillante des formes de vie subalternes en créant la SALE.

Cette petite manipulatrice voulait appeler l’organisation « Arrêtons les Mauvais Traitements Scandaleusement Infligés à nos Amies les Créatures Magiques et Luttons pour un Changement de leur Statut », mais puisque ce nom ne tenait pas sur un badge, elle a opté pour le nom actuel : La Société d’Aide à la Libération des Elfes. L’adhésion au groupe coûte deux mornilles, suivant les préconisations d’une théorie économique qui a fait ses preuve. Appelée la méthode B.A.L.K.A.N.Y, celle-ci permet par un habile montage financier de détourner 95% des fonds ! Cette adhésion donne droit à un badge, qui permet de financer « officiellement » une campagne de tracts.

Hermione Granger, en cherchant à recruter de nouveaux membres, fait le tour de la Salle commune de Gryffondor.

Et devinez quoi ?

Elle secoue une boîte pleine de badges pour amadouer les autres élèves (ou leur casser les oreilles, on ne sait pas trop). Elle réussit à convaincre des étudiants tels que Neville Londubat à rejoindre le groupe, mais ce dernier semble avoir adhéré pour qu’elle arrête de le harceler. Ron et Harry ont rejoint l’association pour les mêmes raisons. Bien que Ron était plutôt réticent et Harry indifférent à l’idée de rejoindre le groupe, ils ne s’y opposent pas. Le reste de l’école prenant cette organisation pour une plaisanterie, il n’y aura plus de nouvelles recrues. C’est un nouvel échec pour Tignasse en feu qui utilisera les résultats de cette Bérézina pour mieux cibler sa stratégie de com’ lors de son accession au pouvoir.

S’en suit la désignation du Tournois des 3 sorciers.

Après avoir constaté que Harry Potter, pourrait participer aux épreuves, elle décide de finir de lui ruiner sa journée en lui demandant d’écrire à Sirius. Officiellement, pour lui demander conseil. En effet, pour prendre l’avantage psychologique sur quelqu’un, la méthode consistant à l’infantiliser peut marcher. Testée et approuvée par Gandalf ! Et puis, le survivant est assez lobotomisé pour cela… enfin en tout cas suffisamment pour réussir à lui envoyer un sort en pleine face par hasard quelques pages plus tard. Bien décidé à ne pas lâcher Harry Potter, cette célébrité à laquelle se raccrocher pour bénéficier d’un traitement médiatique minime, elle n’en fait pas une histoire !

Au contraire, elle tente même un doublé manipulatoire !

Comme Harry s’est disputé avec Ron au sujet de sa participation au Tournois, Hermione tente de réconcilier le rouquin et scarface tout en jouant double jeu avec les 2 en même temps. Su été du génie si cela avait fonctionné, mais son échec fut à l’image de Port-Réal dans l’avant dernier épisode de GOT : cuisant !

Et c’est là qu’Hermione a l’idée de l’année ! Depuis son entrée dans le monde magique, elle n’a de cesse de tisser une toile avec comme seuls ancrages la famille Weasley et Harry Potter. Autant Harry possède une aura et une célébrité assez solide, autant les Weasley ben… comment dire… ça ressemble à un vieux bout de scotch assez branlant… Ok. Cela lui donne une image de jeune femme proche du prolétariat. Une social justice warrior à toujours les défendre ! Mais ce n’est pas vraiment prestigieux…

Alors que cette année-là, à Poudlard, c’est un peu le mondial de la célébrité en roue libre, et en en hormones en ébullition ! On a du Viktor Krum tout auréolé de sa Coupe du Monde de Quiddich. Mais encore, le ministre de la Magie H24 à domicile, du journaliste people. Et surtout l’attention complète de tout le monde magique européen ! Bref l’alignement parfait des planètes pour tout bon opportuniste qui souhaite se faire connaître.

Et imaginez qui cette année-là va défrayer la chronique en apparaissant sur les unes people aux bras de 2 challengers de la Coupe de Feu ?

Je vous le donne en mille : Hermione Granger ! D’abord avec Harry Potter puis avec Viktor Krum. Hermione utilisera les journalistes présents pour leur vendre 2 histoires d’amour successives, allant même jusqu’à être « celle qui a été pris de plus précieux aux champions » lors de la seconde épreuve de la compétition ! Elle se retrouvera donc, plongée inconsciente dans le lac, secourue par Viktor Krum. Ce héros. Son héros.

Qu’elle larguera sans aucun scrupule dès l’engouement médiatique passé, afin de se focaliser sur d’autres cibles plus simple à manipuler. En bonne manipulatrice, Hermione se focus sur une target à la fois. On apprendra à la fin du tome 4 que lors des nombreuses interviews qu’elle a pu donner, Hermione a profité de celles-ci pour kidnapper et séquestrer Rita Skeeter sous sa forme animagus de scarabée afin de lui faire subir un nombre incalculable de tortures. Pourquoi ? Car elle refusait de publier les désidératas de Mlle Granger !

Faisons donc un petit bilan annuel :
  • Les elfes de maison : idée intéressante mais non pertinente à Poudlard
  • Manipulation des journalistes par des fake news et du people racoleur
  • Internationalisation du réseau de Mlle Granger
  • Création de nœuds politiques au réseau d’influence de cette jeune ambitieuse
  • Et bien sûr renforcement des liens avec Harry Potter et ses fans

Une bien belle année pour Hermione qui commencera à partir de là à affiner ses stratégies et à utiliser plus subtilement ses charmes pour mieux contrôler les hommes d’influences dont elle se servira allègrement dans le futur. Pour conquérir le monde sorcier !

Passons maintenant au tome 5 et SVICHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Note de la rédaction : suite à un incident technique impliquant le panneau électrique du bâtiment en face du bureau de Duck, un éclair vert a touché notre collègue lors de la rédaction de son article. Nous savons qu’un tel accident est rare mais le bruit caractéristique d’un court-circuit (le fameux « Avada Kavadra » que l’on entend quand le tableau disjoncte) nous permet d’affirmer qu’il s’agit bien d’un accident. Notre éminent camarade a été hospitalisé en urgence. Son pronostic vital est engagé. Par pur déontologie journalistique, nous publions son article en l’état et prions pour son prompt rétablissement.

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire