[CRITIQUE] Orgueil et Préjugés de Joe Wright, un chef d’œuvre !

Tsilla Aumigny/ février 18, 2018/ 3 comments

La Revue de la Toile vous propose une sélection de comédies romantiques, à ne manquer sous aucun prétexte. Aujourd’hui, après vous avoir présenté N’oublie jamais, nous vous proposons le chef-d’œuvre de Joe Wright : Orgueil et Préjugés.

Orgueil et Préjugés est un roman de Jane Austen, qui connut plusieurs titres dont First Impression. Cette œuvre a eu tellement de succès qu’elle a été adaptée plusieurs fois au cinéma, et même sous forme de téléfilms ! Nous vous proposons notre analyse de l’adaptation de Joe Wright !

Synopsis de Orgueil et Préjugés / Pride and Prejudice

La comédie Orgueil et Préjugé nous conte l’histoire d’amour de Elizabeth, intelligente, mais sans fortune ni titre, et de Mr Darcy, jeune homme fortuné, intelligent, et prétentieux. L’histoire commence lorsque Elizabeth, rentrant de promenade, a vent d’une nouvelle qui secoue son village. Un certain Charles Bingley, aristocrate célibataire, vient de louer une villa dans le voisinage. Il est accompagné de sa sœur Caroline et de son meilleur ami, Mr Darcy.

Mon avis sur Orgueil et Préjugés

Accordons-nous d’emblée  : Orgueil et Préjugés est l’une des plus belles histoires d’Amour jamais créée. Pourquoi ?

Déjà parce que, Mr Darcy. Si tu es une personne qui tombe facilement amoureux.se, tu ne pourras que succomber au charme de cet insupportable, remarquable et insaisissable Mr Darcy, magnifiquement interprété par Matthew Macfyden. Insupportable, car il est prétentieux au plus haut point : la modestie et l’humilité ne l’étouffent nullement. Exigeant avec lui-même comme avec les autres, il est à l’origine de bien des malheurs dans Orgueil et Préjugés, ce drame romanesque. Remarquable, Mr Darcy l’est.

Malgré ses défauts, il se montre fidèle en amitié comme amour, et d’un courage inouï, surtout dans le contexte aristocratique qu’est le sien. Insaisissable, car son attitude désarme autant qu’elle surprend tout au long des aventures qu’il nous fait vivre. En bref, Mr Darcy, épouse-moi, comme cela arrive à Amanda dans la mini-série Lost in Austen (que je vous conseille vivement).

Ensuite, parce que Elizabeth. Elizabeth n’est pas une héroïne de comédie romantique comme les autres : intelligente, détachée du monde qu’elle critique et dont elle se moque, Elizabeth n’a pas comme unique ambition de se marier et de connaître l’Amour. Elizabeth est elle aussi imparfaite et orgueilleuse. Elle n’accepte pas l’Amour de Mr Darcy à cause de l’amour qu’elle a pour elle-même. Arrogante et impertinente, le personnage prend toute sa dimension romantique grâce à son interprète, Keira Knigthley. Elle lui insuffle une attitude provocatrice qui pousse le personnage d’origine dans ses retranchements les plus profonds.

Enfin, pour les décors : grandioses, sublimes, magnifiques, et là, je commence à être à court d’adjectifs. Le réalisateur, Joe Wright a choisi avec soin chaque plan. Amoureux de l’Angleterre, il nous la fait découvrir comme personne. Même si le film a perdu en critique sociale, pierre angulaire du roman dont il s’inspire, il nous offre un point de vue cynique sur la société, et le contexte dans lequel se déroule l’histoire. Le rythme, lent, et la mièvrerie de certains personnages, sont les seuls bémols de cette comédie. Elle réussit le pari d’adapter Orgueil et Préjugés, cette œuvre magistrale, tout en la modernisant.

Orgueil et Préjugés, Une histoire d’Amour

A travers cette histoire, nous redécouvrons finalement l’Amour, tout simplement. Ses obstacles que nous créons parfois, comme Elizabeth et Mr Darcy. Nous les créons soit par amour-propre, soit parce que nous avons mal analysé ou interprété une situation et mal agi en conséquence. Ce film nous livre aussi une vision orageuse de l’Amour. L’Amour requiert du courage : pour affronter les autres, ou s’affronter soi-même. Ce n’est pas tant l’Amour que la pression sociale qui l’oppresse, que nous montre ce film. Pour citer Grand corps malade : “l’Amour a ses prisons que la raison déshonore”. Ce film nous dévoile que l’Amour honnête et véritable permet d’outrepasser tous les obstacles. Il permet de se libérer des prisons que la société nous impose ou que nous nous imposons nous-mêmes.

C’est sur cette très belle note que s’achève notre sélection de comédies romantiques à voir et revoir sans modération ! Nous espérons avoir ravi vos petits cœurs. Si vous n’avez pas encore lu l’ensemble de nos critiques, alors reprenez au début avec notre avis sur (500) jours ensemble de Marc Webb, et découvrez pourquoi il nous a tant marqués !

Relu par Margot Dupont

Merci d’avoir lu cet article ! Nous t’invitons à rejoindre la communauté des étoilé.e.s en participant à notre groupe facebook “La Galaxie de la Pop-culture”. N’hésite pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile Twitter Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile

Share this Post

3 Comments

  1. Si j’aime beaucoup cette adaptation, je suis tombée en amour pour la version téléfilm en plusieurs épisodes par la BBC, plus ancien, mais très bon. Et Colin Firth en Mr Darcy n’est pas pour me déplaire 😛

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

  3. Pingback: [Critique] Lost in Austen, une série britannique originale | La Revue de la Toile

Merci de nous laisser un commentaire !