[Critique] Lost in Austen, une série britannique originale

Tsilla Aumigny/ septembre 24, 2018/ 1 comments

Cette semaine, Tsilla nous parle d’une mini-série britannique bien connue des fans de Jane Austen : Lost in Austen. Une fiction drôle et originale qui ravira les amoureux de Orgueil et Préjugés.

Bonjour les étoilé·e·s, ici Tsilla ! J’arrive cette semaine avec une mini-série britannique de quatre épisodes, un pastiche de l’univers de Jane Austen. Les fans d’Orgueil et Préjugés, cette fanfiction audiovisuelle est faite pour vous !  Réalisée par Dan Zeff, scénarisée par Guy Andrew et produite par Kate McKerrel, toute la série est portée avec brio par son écriture et son casting.

Attention cependant, je tiens à vous préciser que les épisodes ne se trouvent qu’en VO sur Youtube.

Synonpsis de Lost in Austen : 

Amanda, une très grande fan de Jane Austen, a une vie désespérément ordinaire. Elle habite à Londres avec son petit-ami Mickaël. Un jour, le hasard fait qu’elle échange sa place avec le personnage austenien Elizabeth Bennet du roman Orgueil et Préjugés.

Mon avis pas du tout objectif sur Lost in Austen :

De prime abord, le concept est séduisant ! Il s’agit d’une mini-série télévisée dans laquelle l’héroïne échange sa place avec un personnage de fiction. Mêlant ainsi le réel à l’imaginaire littéraire. Qui n’a jamais rêvé d’atterrir dans un livre ? Et pas n’importe lequel : un des romans classiques les plus connus de la littérature britannique du dix-neuvième siècle : Orgueil et Préjugés.

Lost In Austen : une comédie romantique réussie !

Cette série est à la fois une comédie et une romance. De plus, elle suit la trame d’Orgueil et Préjugés. Toutefois, les péripéties ne sont pas les mêmes puisqu’Amanda n’est pas Elizabeth Bennet ! Elle va provoquer des catastrophes, bouleversant l’histoire originelle, tout en divertissant son public. Mais aussi créer des situations inédites. Le suspens réside dans ces chamboulements déroutants de l’oeuvre d’Austen qui permettent de la redécouvrir.

Par ailleurs, la production de Kate McKerrel a su aller au-delà du livre. En effet, Amanda vit des scènes qui se situent entre deux chapitres. Ainsi, Guy Andrew, scénariste émerite de Victoria ou Hercule Poirot, a su développer les personnages, les encrant dans la réalité. Le tout, en étant toujours raccord avec l’œuvre de Jane Austen. Mon moment préféré est celui où Amanda veut donner du Paracétamol à Jane, malade !

Une mini-série qui interroge avec humour sur l’émancipation des femmes

La série fait des clins d’œil à toutes les réalisations filmographiques qui la précèdent. De la mini-série de 1995 avec Colin Firth, au film de Joe Wright : elle pastiche les scènes les plus appréciées des fans. Cependant, cette fiction n’a pas pour unique vocation de parodier les films ou le livre desquels elle s’inspire. En effet, elle délivre une réflexion beaucoup plus profonde sur le romantisme.

Amanda apparaît en effet comme une jeune femme rêvant de s’évader d’une vie qui l’a désanchantée. Désabusée par sa relation avec Mickaël, elle fantasme l’époque de Jane Austen et celle de son roman comme étant un idéal chevaleresque de courtoisie. Lorsqu’elle échange sa place avec Elizabeth, elle découvre la réalité de la bienséance et la rigidité Morale du XIXème. Son comportement et son langage, anachroniques, sont la source d’instants comiques, mais aussi, de drames.

Enfin, les anachronismes sont d’autant d’occasions de dénoncer la société du XIXème siècle : machiste, raçiste, homophobe… Le fossé entre les deux époques met en avant les évolutions sociétales de notre époque contemporaine. A travers l’humour, cette fiction est un appel véritable à la tolérance, et se permet même d’être féministe à bien des égards.

Le casting de Lost in Austen : des talents à (re)découvrir !

Quant aux acteurs, ils sont excellents. Jemima Rooper (Atlantis) et Gemma Arterton (Prince of Persia) incarnent parfaitement leur personnage respectif : Amanda et Elizabeth. Leur jeu est rythmé, et parfaitement orchestré.

Leur talent est mis en exergue par l’ensemble du talentueux casting dont vous connaissez probablement : Alex Kingstone (Doctor Who, Urgences, Arrow), Hugh Bonneville (Dowton Abbaye, Doctor Who) ou encore Lindsay Duncan (Star Wars), commandeur de l’ordre de l’Empire britannique !

En conclusion,

Cette série est drôle et classique tout en sortant des sentiers battus.  Je ne peux que vous conseiller d’aller vite voir Lost in Austen si vous adorez d’Orgueil et Préjugés. Vous ne serez pas déçu·e·s.

  Total étoiles : 9/10

Share this Post

1 Comment

  1. Pingback: [CRITIQUE] Orgueil et Préjugés de Joe Wright, un chef d'œuvre ! | La Revue de la Toile

Merci de nous laisser un commentaire !