Revue de la Toile

Benoit Lemaire est l’un des comédiens de la web-série Ulysse. Il a partagé avec nous sa passion pour les comics et ses expériences sur le tournage !

Benoit Lemaire a accepté de répondre à mes questions un après-midi d’octobre. L’interprète de Ted n’est pas si différent de son personnage, comme il me le dévoilera lui-même au cours de l’entretien. Nous commençons par aborder son parcours atypique : « Après un bac L, j’ai fait une année de droit qui a servi à rien du tout. Ensuite, vu que j’aimais bien l’anglais, j’ai fait une première année de LLCE Anglais. C’était notamment pour être traducteur. Pareil, je suis parti au bout du premier semestre.  » Pourquoi ? Vous demandez-vous certainement : « parce qu’on faisait encore des interros de verbes irréguliers, et que certains se ramassaient des 4/20. »

44581837_2375846419108587_5203509387712266240_n.jpg

D’une formation de journaliste à la révélation de la comédie

Benoit Lemaire décide alors de se réorienter. C’est une formation en journalisme qu’il va finalement intégrer : « J’ai voulu comme faire mon papa. Il est journaliste sportif, et je me suis dit : « Pourquoi ne pas faire journaliste? ». C’était un peu mon rêve. Mais je voulais être davantage dans les chroniques culturelles : musique ou cinéma. J’ai dû trouver une formation qui m’accueillerait et j’ai réussi à l’intégrer. Puis, j’ai envoyé des CV à toutes les chaînes pour faire un stage. J’ai été reçu à la télévision locale, Yvelines première, qui accueillait une chanteuse pour leur 20 ans. C’était Claire Guyot, la voix de la petite sirène. Je suis allé l’aborder. On a discuté, et elle m’a proposé d’aller la voir en studio. J’y suis allé, et c’est là que ça a été la révélation ! »

Claire Guyot tourne régulièrement dans les studios de doublage. On lui doit les excellentes interprétations de Winona Ryder, Teri Hatcher ou Sarah Michelle Gellar, en version française. Emballé par l’enthousiasme de Benoit Lemaire dans les studios, elle lui propose d’essayer à son tour : « Et c’était un catastrophique ! » S’empresse-t-il d’ajouter. « Elle m’a fait faire un essai sur des petits passages. Elle m’a dit : « Si c’est ce que tu veux faire, inscris-toi dans une école d’arts dramatiques ». Alors, j’ai commencé mes études de comédien qui ont duré deux ans et demi, aux ateliers du SUDDEN. »

Benoit Lemaire : comédien de doublage avant d’obtenir le rôle de Ted dans la web-série Ulysse

Benoit Lemaire évoque ensuite ses expériences avant Ulysse : « J’avais déjà un peu tourné avant Ulysse,. J’avais surtout fait des courts-métrage étudiants. J’ai aussi fait des doublages. » Je lui demande alors quel genre de doublage : « des films de Disney Channel, des séries comme Gossip Girl, Cold Case« .

Surprise, je lui demande quel rôle dans Gossip Girl, puisque je suis une grande fan de teen drama :

« Un barman, je crois. » Il m’explique ensuite : « En fait, quand tu commences, tu fais les rôles d’ambiance. Les rôles d’ambiance et les petits rôles, c’est différent. Souvent, dans l’ambiance, tu n’es même pas à l’écran, tu fais le bruit de fond pour compléter. Le mec a une phrase ou deux, en général, pour créer l’ambiance de la scène. Tu es là pour poser le contexte. Toi, en tant que comédien, tu inventes n’importe quoi. Pendant cinq minutes, tu improvises. » Il se lance alors dans une improvisation totale, qui était extraordinaire de réalisme : « Imagine, on est dans un bar. Là, un mec dit : »Hé j’aime bien la bière et toi ?

_Ouais, moi aussi ! Et tu penses quoi de la musique ?

_Elle est cool ! Hé y’a notre ami qui arrive ! »

C’est intéressant, parce que tu ne peux pas te raccrocher au bagage des comédiens. Tu peux rentrer dans le mimétisme de comédien. En fait, tu as plus de marge pour l’aborder et de matière pour rentrer dans son jeu, alors qu’avec un rôle comme un vendeur de hot-dogs, c’est beaucoup plus compliqué. Tu n’as pas le temps de réfléchir, tu produis immédiatement. »

Il se relance alors dans un jeu de rôle : »Tu veux des cornichons avec de la saucisse ? » Et je viens de m’apercevoir qu’hors contexte, cette phrase pourrait paraître très bizarre.

44549790_184258145822270_8857615950527070208_n

Ses débuts dans la web-série Ulysse

Comme pas mal de comédiens de la web-série, Benoit Lemaire a été recruté via internet. Les showrunners de la web-série avaient déposé une annonce en ligne. : »J’ai vu l’annonce de Nicolas [*Ndlr : Nicolas Nédellec, showrunner] qui proposait de la Science-Fiction à la française. Donc j’ai répondu à l’annonce. Il ne m’a pas demandé de jouer. On a pris un verre et on a parlé de comics pendant près de deux heures et demi. Il m’a dit : « t’es marrant, ça me branche bien de bosser avec toi ». Et ça c’est fait comme ça. » Au départ, Benoit Lemaire avait candidaté pour le rôle de Charlie, interprété par Gaëtan Delaleu.

C’est finalement celui de Ted qu’il va jouer.

« Le personnage de Ted, on l’a développé tous les deux. C’est un rôle sur mesure. J’ai pu y apporter le côté fan de DC Comics. Nicolas m’a laissé beaucoup de marge pour les textes. Au fur et à mesure, Ted a gagné en importance. On en avait fait une espèce de stéréotype, pas loin de Sheldon dans The Big Bang Theory. Au début de la série, il est limite conspirationniste, pas très sociable. Et puis, au fil des épisodes, il s’humanise, et ça lui permet d’avoir des rapports sociaux un peu plus normaux. »

Benoit Lemaire et Ted n’ont pas seulement en commun leur passion pour les comics, ni leur formation de journaliste. Ils s’habillent tous les deux avec des tee-shirts geeks, puisque les costumes de Ted sont en fait les vêtements que portent Benoit Lemaire : »Il y a un tee-shirt qu’on a acheté exprès. Sinon toutes les fringues un peu excentriques, ce sont les miennes. Pour l’épisode 4 de la saison 1, c’est Nicolas qui m’a dit : « Prends des fringues au hasard, et viens comme ça. » Et donc je portais n’importe quoi. »

Il finira par me détailler son costume :

« Il faut savoir qu’en terme de tenue, j’avais un short militaire, une grosse parka, des lunettes de soleil, et je mourrais de chaud. On a tourné la première partie de l’épisode en plein été. Dans la scène où je tourne dans la cabine téléphonique, je tourne la tête n’importe comment parce qu’il devait faire 50 degrés là-dedans. La sueur me coulait entre les yeux et j’étais donc aveugle. On a tourné la scène en deux fois ! La première fois en août, et la deuxième, dans la forêt, on l’a tournée en décembre. Et là, habillé comme ça, je mourrais de froid. Ulysse on ne la tournait jamais au bon moment, parce qu’en mai on partait en convention. Il faisait toujours soit trop chaud, soit trop froid. »

44504890_249674072388270_3185574121001975808_n

L’évolution et les inspirations pour le personnage de Ted

Benoit Lemaire retrace l’itinéraire de son personnage : « On m’avait dit que j’allais devenir une sorte d’Alfred, comme dans Batman. Un sidekick qui fournirait les gadgets d’Ulysse. C’était un peu l’idée de base. Je pensais pas que Ted allait avoir autant d’importance. Ted a fait le lien entre plusieurs groupes : avec Elena dans le Futur, des allers-retours entre Charlie, Marie-madeleine, Ulysse. La gazette n’avait pas un rôle important au début de la série. C’était juste un témoignage historique. On sent que Ted dans le futur a eu une grosse responsabilité. »

Concernant ses inspirations pour construire son personnage, Benoit Lemaire a trouvé l’inspiration en lui-même :

« Je me suis un peu inspiré de Jim Carrey, dans son rôle de Ace Ventura. Le personnage est complètement perché, mais il est intelligent et il finit par résoudre l’énigme. J’ai pas vraiment construit le rôle de Ted par rapport à des acteurs et des comédiens, le personnage de Ted, c’est un peu moi, fois mille. »

44618651_185827869009978_357637275288338432_n

Le tournage d’Ulysse : une expérience extraordinaire

Il me livre quelques anecdotes sur le tournage de la web-série : « C’est une super expérience, sur le plan humain. J’en garde un souvenir précieux. Forcément, c’était une équipe réduite et bénévole, et donc pas les mêmes conditions de tournage que sur les tournages pros. On a passé beaucoup de temps ensemble, on se réunissait lors des soirées à la fin. On faisait des lectures tous ensemble. J’ai tenu un second rôle bien marrant. »

Pour autant, Benoit Lemaire a donné beaucoup de sa personne durant le tournage. Une scène a été particulièrement éprouvante à tourner : celle où Ted était emprisonné : »Le pire c’était le final de la saison 2, on louait jamais de lieux. Là, l’équipe était pressée par le temps, il fallait tout faire en une journée. Le rendez-vous était très tôt, à 8h. J’arrive, je me fais maquiller. Il fallait me vieillir, et donc, en plus du maquillage, je portais du silicone. Puis, à 9h30, j’étais prêt à tourner. »

Je sens au son de sa voix que la scène fut rude :

« Mais, je n’ai commencé qu’à 19h. Et on a attaqué mes scènes à 1h du mat. J’étais pieds nus dans la cellule, il faisait très froid. J’avais apporté un gros pull en fausse fourrure, et entre deux scènes, on venait me couvrir. Je suis rentré chez moi à 6h du matin. J’étais épuisé. La maquilleuse m’a dit qu’il ne fallait pas garder le silicone aussi longtemps. Pas plus de 6 heures. Il y a eu aussi des problèmes de chauffage. Dans l’énorme hangar où on tournait pour le final de la saison 2, la chaudière avait pété la veille. Dans toutes mes scènes j’ai des chaufferettes partout sur le dos et la poitrine. On avait tourné en septembre les premières scènes et là on était en février. On a morflé. »

Pourtant, il relativise vis-à-vis des efforts fournis par les showrunners : »Emilien et Nicolas [*Ndlr : Emilien Paron et Nicolas Nédellec] ont tout donné pour Ulysse. Alors que nous, en tant que comédiens, on avait le beau rôle, en soi, une saison d’Ulysse, ça représentait une quinzaine de jours de tournage. Toutes les scènes de Marie-Madeleine et Ted on les a tourné en journée. Sur les tournages pros, le temps est compté. Là, ils étaient parfois deux-trois à la technique. J’ai tourné avec une énorme équipe, et je sais qu’en une journée, ils n’ont pas fait deux minutes, alors qu’on aurait envoyé dix minutes d’épisode sur Ulysse. »

Maintenant que la web-série s’est achevée, Benoit Lemaire en profite pour me dévoiler ses nouveaux projets.

44496518_1103517643159953_6129835723521523712_n

Benoit Lemaire : passionné de comics, de musique et de cuisine !

Je lui demande s’il compte poursuivre comme comédien, ou s’il envisage une autre carrière, comme celle de journaliste : « Le journalisme, j’ai fait une croix dessus ! J’arrive à travailler en tant qu’acteur. Je continue à travailler avec des gens de la web-série Ulysse, et j’écris. Actuellement, je travaille sur plusieurs projets et j’espère que ça parviendra sur les écrans. »

Puis, nous abordons un sujet qui nous passionne tous les deux : les héros de comics. Il m’avoue d’emblée qu’il est de la team DC, pas de celle Marvel. Je lui demande donc quel est son héros préféré. Pour toute réponse, tel Superman qui ouvre sa chemise pour dévoiler le « S » de son costume, il lève sa manche de pull. Une magnifique chauve-souris bien connue du grand public apparaît sauvagement. Il me précise : « C’est un vrai. Les comics c’est ma passion, une passion moins dévorante que d’autres que tu peux avoir. »

Mais d’où vient cette flamme pour les comics ? Il répond :

« C’est le Batman de Burton que je connais par cœur. C’est là que tout a commencé. Batman, c’est le super-héros le plus méritant. Il a aucun super pouvoir, au-delà de sa fortune. C’est sa volonté qui lui a permis d’accomplir tous ses exploits, comme apprendre les arts martiaux. Par sa volonté de littéralement défoncer les autres, il porte en lui une justice un peu violente. C’est la figure du vigilante par excellence. [*Ndlr : type de héros de comics inspiré par les héros de western, qui rendent la justice de façon violente]. Il va péter la gueule à des truands, à la mafia. Pour moi,  c’est le super héros le plus réaliste. On le retrouve dans les comics de Frank Miller, très orienté urban violence. Si je ne devais garder un seul Batman, ce serait Batman Hush, Batman : Silence en français. C’est une saga que je conseille à tout le monde pour démarrer. »

Malgré tout, il ne voit pas les récentes adaptations d’un très bon œil :

« On est tellement saturés ! On a un film de super-héros qui sort tous les deux mois ! Je ne sais pas quelle phase de Marvel à laquelle on est. DC comics, ils sont obligés de rebouter leur univers tous les 6 ans, à cause du rythme de sortie des comics. Le dernier date de 2011. Là, on est justement au DC Rebirth, le dernier reboot de leur publication. Les films de super-héros, c’est un peu les films qu’on a toujours voulu voir. Mais… je pense que ça commence à se voir que c’est la poule aux œufs d’or, c’est de moins en moins pertinent. DC ne respecte pas leurs personnages, les films sont précipités.

Dans le comics Justice League, les super-héros sont dark. Ils ont leur propre essence, une personnalité différente. Dans les films, ils ont tous la même identité : ils sont monolithiques et sombres. Je me suis les tous infligés. Le dernier Justice League, je suis allé le voir mais ça m’a déçu, alors qu’il suffisait de suivre le protocole de Marvel. Ils ont foutu dans un mixeur les axes scénaristiques qui ont mis des années à arriver dans les comics. Tu peux pas y arriver au quatrième film, comme ça. Ils t’envoient déjà la renaissance de Superman, alors que non ! Ça me fait mal à mon petit cœur. »

44424284_255934951720059_4495900945737056256_n.png
Benoit Lemaire avec Roger Miret, le chanteur d’Agnostic Front

Les autres passions de Benoit Lemaire : la musique et la cuisine

Nous concluons l’entretien par ses deux autres passions : la musique et la cuisine : »Je suis très fan de punk. Les tee-shirt que porte Ted, ce sont les groupes que j’aime énormément. Ce sont les groupes des années 80 : les Misfits, les Adolescents, tous les mouvements punks… Je fais énormément de concerts. » Il pratique également : « Je joue de la guitare et je chante. C’est plus une passion, je ne me vois pas travailler dessus en tant que vidéaste. Dans les projets que je suis entrain de débuter, j’essaie soit de caser directement des chansons, soit d’avoir des projets orientés par le style musical, dans sa mise en scène dans leur esthétique. Cela permet de mêler mes différentes passions. »

Et sinon, comme Ted, Benoit Lemaire est aussi en train de passer derrière les fourneaux : « Je passe en ce moment un CAP cuisine à domicile. C’est une passion, j’arrive à 30 ans, et je me suis lancé dans un CAP à domicile. » Qui est son chef cuisinier préféré ? : « Ce sont Gordon Ramsay et Philipe Etchebest, mais je préfère Philipe Etchebest. Un des projets sur lesquels je bosse fait référence à la cuisine. Il y a toujours le comédien qui t’inspire et le quotidien, on écrit toujours sur ce qu’on connaît. »

Sur ce, très chers et très chères étoilé-e-s, je vous souhaite une belle journée !

Longue vie et prospérité.

Suis-nous sur Twitter ici

Aime notre page Facebook ici

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :