[Critique] Postlogie Star Wars : J.J. Abrams vs Rian Johnson

Evan nous livre une critique de la postlogie Star Wars. L’occasion de faire un point sur la saga culte du cinéma et sur son futur sous l’ère Disney. De rendre hommage à Carrie Fisher. Et de créer un Dialogue aux Enfers entre J.J. Abrams et Rian Johnson. Palpatine a t-il bien fait de revenir?

Résultat de recherche d'images pour "star wars ix"
C’est joli, mais les affiches de Star Wars à l’ancienne ont plus de gueule non?
Description de l’image : Affiche officielle du film Star Wars, l’ascension de Skywalker
Avouez, c’est la seule musique marquante de la postlogie…

La postlogie Star Wars (épisode VII, VIII, IX) : Un conflit entre deux réalisateurs

– Mais où suis-je ?

J.J. Abrams ouvrit les yeux. Les étendues ruisselantes de magma qui s’offraient à son regard firent monter en lui un haut-le-cœur. Un vague souvenir d’une prélogie qu’il ne saurait tolérer. Ou bien, peut-être la nausée était-elle due à l’énorme coup de sabre laser en plastique qu’il venait de se prendre dans la gueule, de la part d’un étrange type en pleurs déguisé en Anakin. Allez savoir.

– Tu es en Enfer, J.J. Et je vais critiquer Star Wars IX

J.J. Abrams se retourna et replaça ses lunettes. Un homme rondouillard et blond était assis non loin, le regard dans le vide, poussant un soupir.

– Regarde moi ce paysage. Désespérément classique. Aucune prise de risques, comme ta postlogie…

– Rian ? C’est toi Rian Jonhson ?! Où est Kathy ?

– Elle dirige cet endroit, qu’est-ce que tu crois ? Mais je te remercie de t’inquiéter davantage de la pourvoyeuse de ton chèque que de l’homme qui a essayé de sauver ton œuvre…

– Sauver mon oeuvre? murmura t-il entre ses dents.

Enfin, il commençait à comprendre la situation. Dieu devait être un fan de la prélogie. Pour s’être rendus coupables d’avoir sabotés un mythe, une saga, devant l’opinion des cinéphiles du monde entier, J.J. Abrams et Rian Johnson étaient condamnés à supporter leurs visions antagonistes du cinéma pour l’éternité. L’évidence de ce constat ainsi que la pique de Rian firent sortir J.J. Abrams de ses gonds :

-Sauver mon œuvre ?! Mais tu as craché sur le Réveil de la Force ! Tu as bousillé toutes les pistes que j’avais lancé ! Ton Episode VIII n’est que le travail d’un troll ! Tu as tout saccagé sans rien rebâtir derrière ! Et tu penses que les trolls sont les gens qui n’ont pas aimé ton film ?

Rian respectant le travail de son prédécesseur (par Smarties90)
Description de l’image : cette image parodique met en scène les deux réalisateurs opposés l’un à l’autre. Sur la première vignette, l’on peut voir la tête de J.J. Abrams sur le corps de Rey, tendant un sabre laser sur lequel on peut lire : <Intrigue secondaire de Snoke, origine de Rey, les chevaliers de Ren> . Sur la seconde, on voit la tête de Rian Jonhson sur le corps de Luke, balancer le sabre.

Rian devint rouge en serrant les poings, comme un enfant à qui l’on aurait volé son quatre-heures.

– Ce n’est pas de ma faute si les gens ne comprennent pas ma vision ! Contrairement à toi, moi j’ai essayé d’apporter du neuf, quelque chose de plus intelligent, quelque chose qui raconte une histoire ! D’ailleurs, mon film est unique dans cette postlogie ! Ton Episode VII n’est que le copier-coller de l’Episode IV ! Tu avais choisi la voix de la facilité, jusqu’à l’absurde, dans ta hantise de bousculer le mythe, de déplaire aux plus vieux fans…

Star Wars IX : des qualités que l’on peut reconnaître à J.J. Abrams

Sa voix s’apaisa, et repartit vers des tons presque maternants :

– Mais tout a déjà été dit là-dessus, pas vrai ? De plus, il ne faut pas donner aux fans de la Trilogie Originale ce qu’ils veulent. Mais ce dont ils ont besoin.

– C’est vrai que, commença Abrams, un léger déraillement dans la voix. C’est vrai que j’ai commis des erreurs…Mais j’ai appris d’elles ! L’Ascension de Skywalker est bon et neuf !

Rian baissa la tête et prit une inspiration :

-Tu as appris, c’est vrai. Au moins, Star Wars IX raconte quelque chose. Je ne peux te critiquer là-dessus…

– Pas comme ta scène du casino, toussota Abrams à voix basse.

-De quoi ?

– Rien, rien…continue, l’encouragea Abrams.

– Bon, je disais, ton Episode IX raconte quelque chose de nouveau. Les tourments intérieurs de Rey et Kylo Ren sont intéressants à suivre.

Résultat de recherche d'images pour "kylo water face"
Kylo Ren, pas aussi badass que Palpatine, dans sa première version du moins

Abrams sourit et son pas devint dansant alors qu’il marchait autour de Johnson : – En effet, j’ai réalisé dans cette postlogie, ce qu’aveuglé par le Côté Obscur de ta haine, tu n’as pas voulu faire ! Donner une vraie personnalité à Rey ! Avec des doutes, une évolution, une vulnérabilité !

Rian leva les yeux au ciel : – Dommage que dès le début ce soit toi qui l’ait rendue complètement surpuissante, sans aucune logique. M’enfin bon, au moins tu l’assumes…Mais les autres ?

Abrams se stoppa en pleine air-valse : – Quels autres ?

Rian reprit : – Poe, Finn, ils ne servent à rien dans ton film ! Quant à Palpatine…on va y revenir.

-Parce que Rose servait à quelque chose dans le tien, mis à part agir stupidement peut-être ?

-Ok, c’est pas faux.

Rian plissa les yeux. J.J. Abrams en conclut qu’il réfléchissait probablement à leurs arguments respectifs.

– Cet endroit nous fait nous remettre profondément en question…C’est fou.

Puis, il se reprit, telle l’ombre de Palpatine réapparut dans la postologie.

-Mais bon, ce n’est pas une raison ! Et tes nouveaux personnages sont creux ! Mention spéciale à la limace, qui est juste…là.

– Attends ! Jannah la déserteuse amène une idée intéressante sur les stormtroopers !

-…qui aurait dû être là dès l’Episode VII. Et même les anciens tu les utilises mal. Lando fait juste acte de présence. Et Palpatine…D’accord c’est de ma faute, et oui tu ne le massacres pas. Mais franchement, tu l’utilises si peu…Oui à un moment, tu prends le contre-pied des attentes de fort belle manière, certes. Mais juste après tu rétropédales à vitesse grand V, et tu en fais un méchant de série Z…

Résultat de recherche d'images pour "rey pose star wars 9"
Cette image représente Rey au moment où elle comprend le plan de Palpatine. Oui, Rey vient de réaliser que le plan de Palpatine est complètement con. Oui ma chère, c’était ma réaction toutes les deux minutes durant le film…

L’Ascension de Skywalker: Épique dans la forme, creuse dans le fond?

– Fallait bien finir sur une note épique ! se défendit J.J. Abrams en écartant les bras.

– Mais justement ! Rien n’est épique ! Parce que toutes les scènes d’action sont plates, déjà vus et clichés ! Allez, la seule qui est un tant soi peu vibrante c’est la course-poursuite dans le canyon avec les Jet Troopers, ça c’était cool. C’est sans doute l’épisode avec les pires combats de sabre laser… Même si la symbolique du duel sur Endor est magistrale si l’on sait en comprendre le sens, c’est vrai.

Abrams faisait les cent pas, visiblement piqué au vif.

-Rien d’épique, rien d’épique…Mais l’épique ne se résume pas aux scènes d’action, Rian ! Il y a aussi la façon de construire ses plans, l’atmosphère que ça dégage !

Rian, l’air un peu embarassé, commença à dodeliner de gauche à droite :

– Eh bien, à vrai dire, il y a quelques plans et idées de réalisation qui en jètent. Pas autant que dans mon film, mais quand même. Les plans où l’on voit des centaines de vaisseaux sont géniaux, cependant…

Rian fit disparaître ses lèvres dans une moue gênée :

-…Si tous ces beaux effets sont désamorcés par des batailles poussives et sans génie la seconde d’après, cela crée de la déception. D’autant plus que c’est le dernier film, c’est là où il aurait fallu tout donner ! C’est pas avec The Mandalorian qu’on va rattraper le tir !

Résultat de recherche d'images pour "sith troopers"
Cette photo représente trois Stormstroopers à qui nous avons donné des noms pas du tout cliché…Ce sont Jean-Adolf, Jean-Jacques et FN-2002 quand ils ont appris qu’on ne les verrait pas du film. On vous oublie pas les gars…

Ses yeux, écarquillés par une révélation, étaient aussi ronds que ceux de C3PO.

– En fait, voilà qui résume le problème de tout ton film ! Quelques très belles idées, gâchées la seconde d’après. Le sacrifice de C3PO, c’était beau, c’était émouvant ! Alors pourquoi deux minutes après, les personnages s’en fichent et le traitent de nouveau comme un comic-relief ?

Abrams faisait semblant de ne rien entendre et sifflotait l’air de la cantina, tandis que Rian continuait son monologue :

– Tiens, ça me fait penser à l’humour… Et je me dis au final que l’on aurait pas dû mettre de l’humour Marvel-bas-de-gamme dans toute la postlogie. En fait, ça la desserre complètement…

– Justement à ce propos, enchaîna J.J. Abrams en s’époussetant l’épaule. Mon Hux est moins ridicule, et bien plus utile que le tien dans cette postlogie.

Rian leva un doigt rectificateur : – Correction ! Mon Hux était sciemment ridicule, car je voulais te prouver le vide de tes personnages.

– Mais bien sûr !

– Mais oui ! S’emporta Johnson, vexé que l’on ne le comprenne pas une nouvelle fois. Et dire que l’on accusait Les Derniers Jedi d’être bourré d’incohérence, mais l’Episode IX, c’est plus que jamais l’Episode du  Ta gueule, c’est la Force ! 

– Moi au moins je n’invoque pas des esprits qui font tomber la foudre, je suis plus subtil.

– Hypocrite !

J.J. Abrams vs Rian Jonhson : Tragédie grecque à Hollywood

Le cri siffla en même temps que le faisceau d’énergie. Dans un vrombissement caractéristique, deux lames de plasma fendirent l’air. Bleue, pâle, droite et sans fantaisie pour J.J. Rouge, courbe, ondulante et instable pour Johnson, un fouet laser.

Conscient qu’il devait attaquer en premier, Abrams plongea vers son ennemi. Toutefois, Johnson esquiva d’un vif pas de côté avant de projeter son adversaire avec la Force. La distance alors recrée, il enchaîna plusieurs moulinets rageurs. J.J. eut bien du mal à les parer. Le dernier s’enroula autour de sa lame, engendrant ainsi une pluie d’étincelles. Abrams essaya tant bien que mal de reprendre le contrôle de son arme, mais Rian l’en empêchait et profita du moment pour lui envoyer une salve d’éclairs. J.J. se coucha, épargnant de justesse sa vie.

Lâchant son sabre, il se propulsa pied en avant avec la Force, prenant une impulsion grâce à la crête rocheuse se trouvant derrière lui. Son pied rencontra le tibia de Johnson, qui s’affaissa, braillant des insanités en Jawa sous le coup de la douleur. J.J. Abrams réussit à lui arracher le manche du fouet des mains, et utilisa la partie contondante pour trancher d’un coup sec les jambes de son adversaire, qui alla rouler-bouler vers la rivière de lave en contrebas.

J.J. se releva avec peine, le visage marqué par des brûlures dues aux éclairs qu’il n’avait pas pu esquiver. Rengainant son sabre, il jeta un regard attristé à Johnson qui hurlait de douleur et de rage en bas.

J.J. ne put que s’écrier :

– Tu étais l’Elu, c’était toi ! Le public voulait que tu détruises les rageux, pas que tu deviennes comme eux ! Tu devais amener l’Equilibre dans la postlogie, pas la condamner à la nuit !

– JE TE HAIIIIIIIIS !!!!

– Nous aurions dû être comme des frères. Je te respectais, Rian…

Abrams se détourna, laissant son adversaire brûler vivant en contrebas, les larmes aux yeux. Mais une droite bien placée en pleine tête lui fit bien vite le rejoindre.

– Qu’est-ce que c’est que ce manque de savoir-vivre ?! Tu aurais pu avoir la générosité de l’achever au moins ! Heureusement que tout repousse ici…

Critique de la postlogie Disney : Quelle empreinte sur le cinéma?

Abrams se releva, le nez en sang. Tout à coup, les deux réalisateurs poussèrent une exclamation de surprise conjointe :

Carrie ?! Mais qu’est-ce que tu fous ici ?

– La drogue.

– Oh…

– Bref, lança Carrie Fisher, dans un soupir d’exaspération. Vous ne croyez pas que votre guéguerre stupide a assez duré ? Toute cette trilogie n’est qu’une bataille d’ego entre deux réalisateurs qui se trollent de film en film !

– C’est lui qui a détruit Star Wars, tenta Abrams en pointant un doigt accusateur vers son acolyte steak haché.

– Tu avais déjà répandu l’essence dans toute la maison avant qu’il ne craque une alumette ! Le rectifia Leia. Comment voulais-tu qu’il fasse un classique avec toutes tes pistes vaseuses et ton histoire qui ne racontait rien de neuf ?! Il était légitimement en désaccord avec toi, il n’a simplement pas su se maîtriser.

– M…Mais le IX est meilleur que les autres, non ?

– Meilleur que le VII, et clairement plus honnête, oui. Même si le premier acte donne une impression de frénésie pour masquer son vide. Même si le troisième acte est une mauvaise fanfiction d’Harry Potter. C’est l’histoire de deux mecs et une nana, dont deux qui ne servent à rien, qui vont savater un vieux type mort et tout blanc qui veut conquérir le monde pour en faire un remake du IIIe Reich.

Elle reprit sa respiration et poursuivit:

-Il reste le second acte…Le second acte était tragique, psychologique, émouvant et symbolique. Mais le IX est-il meilleur que le VIII ? Non. Non seulement la réalisation n’est pas au niveau, mais l’originalité et la prise de risques sont clairement du côté de Johnson. Pour l’émotion, c’est équivalent.

Résultat de recherche d'images pour "limace star wars 9"
On peut voir sur cette image Greg Grunberg, dans le rôle d’un rebelle anonyme et inutile et d’une grosse limace tout aussi anonyme et inutile. Honnêtement, qui est le personnage de droite? JE VEUX DES RÉPONSES !!!!

Rian se redressa, moqueur : – Ha ! Je te l’avais bien dit !

L’actrice de Leia le fusilla du regard.

– Quand on a écrit le passage de Canto Bight, la planète-casino inutile, on se tait. Mais le vrai problème…

Elle toussota pour s’éclaircir la voix et reprit :

– Le vrai problème, c’est l’état dans lequel vous avez laissé la saga. Oh la trilogie originale sera toujours culte. La prélogie a ses problèmes, mais globalement elle est généreuse, créative, épique. Et l’Episode III est peut-être le meilleur. Mais la postlogie…Je ne dis pas qu’elle n’a aucune qualité. Ce serait mentir, mais…

Son regard s’attrista :

– …A t-on avancé depuis la bataille d’Endor ? Vous savez cette bataille dans l’Episode VI en forêt avec les oursons-koalas servant à vendre des jouets? L’Empire est revenu, a refait la même chose, et est reparti aussi vite. L’Ordre Jedi ? Probablement en attente de recréation, à nouveau. Il n’y a que le sort des Sith qui ait été réglé.

Elle marqua une pause avant de reprendre :

– Quel personnage culte et intéressant cette postlogie nous a t-elle offert ? Kylo Ren à la limite. Le reste sera oublié par l’Histoire du cinéma. Quelle planète sera évoquée par les spectateurs dans 20 ans ? Laquelle aura marqué leurs yeux et leur imagination ? Ahch-To et Crait si l’on a de la chance, mais je ne parierai pas dessus. Et ne me parlez pas d’Exegol, ce nom à l’air de sortir tout droit d’un RPG inventé par un collégien.

Carrie leva les yeux au ciel:

– Il n’y a plus qu’à espérer que l’effet de génération fonctionne une fois de plus, et que les enfants grandissent en trouvant des qualités insoupçonnées à cette postlogie, comme ceux des décennies précédentes l’ont fait avec la prélogie. Mais au vu de l’attente inexistante pour l’Episode IX, cela risque de prendre du temps. Et vous n’êtes pas les seuls responsables…

Carrie était en train de tracer machinalement trois cercles dans le sable avec son sabre laser.

– Les producteurs ont préféré jouer sur la rentabilité et la satisfaction rapide du besoin du divertissement plutôt que de prendre leur temps à peaufiner leurs œuvres. La consommation avant l’Art, ironisa-t-elle dans un petit rire.

– Oh bien sûr, c’est souvent comme cela dans le cinéma, continua-t-elle. Car le cinéma est à la fois un art et une industrie. En général, les réalisateurs font ça de manière plus subtil. Ce n’est pas le cas ici. Tout ce que vous avez réussi à faire en abreuvant sans cesse le public, c’est tuer l’attente pour Star Wars. Amoindrir la magie de cet univers. Et dire que l’on a sacrifié tout l’ancien Univers Étendu pour ça… Dans les romans Star Wars, mon personnage a trois enfants avec Han : Anakin, Jacen et Jaina. Et Luke est marié avec Mara, et ensemble ils ont eu Ben Skywalker, nommé d’après Obi-Wan (Ben) Kenobi. Ca avait beaucoup plus de sens que Ben soit une référence à Obi-Wan. L’existence de Kylo annule purement et simplement toute la vie de ces personnages plus passionants que leurs équivalents sur grand écran.

Elle se retourna vers les deux compères, qui récupéraient des teints plus frais et de la longueur de jambe.

– Heureusement, il y a toujours du bon dans le mauvais. Rogue One, l’exception qui confirme la règle. The Mandalorian est bien parti pour être une belle œuvre. Quant à vous, les fixa t-elle longuement avec un regard attendri.

– Quant à vous, vous n’êtes pas de mauvais réalisateurs. J.J. Abrams, de mémoire, tes Star Wars sont ta seule faute de goût majeure depuis que tu crées. Et toi Rian Johnson, Looper était sympathique. Quant à À Couteaux Tirés, un vrai plaisir, vraiment bien écrit.

J.J. Abrams ne put cacher une moue de satisfaction tandis que Rian sourit franchement, les yeux brillants :

– Nous ignorions que vous étiez une telle cinéphile !

– N’exagérons rien, vous n’êtes pas Spielberg non plus, conclut-elle sur un ton enjoué. Au fait, contrairement aux apparences, c’est le Purgatoire ici, pas l’Enfer…

Allégorie de la postlogie

Suis-nous sur Twitter ici
Aime notre page Facebook ici
Abonne-toi à notre Instagram

La newsletter t’envoie des paillettes dans ta vie !

[newsletter_form type=”minimal” lists=”undefined” button_color=”undefined”]

Published by

Merci de nous laisser un commentaire !