Tsilla Aumigny/ mars 14, 2022/ 0 comments

La fille du Roi Arthur est une web-série YouTube écrite et réalisée par Diane Bohlinger. Cette fanfiction audiovisuelle s’inspire de l’univers de Kaamelott. Voici ce que nous avons pensé.

La web-série La fille du roi Arthur a été écrite et réalisée par Diane Bohlinger, une passionnée de reconstitution historique et des Arts du spectacle. Elle est désormais disponible sur la plateforme YouTube. Composée de 6 épisodes courts, reprenant le format shortcom de Kaamelott, vous la trouverez sur la chaîne YouTube d’Artémiss.

De la naissance du projet à sa réalisation

L’idée lui est venue à sa réalisatrice durant le premier confinement. Diane Bohlinger a d’abord rédigé un petit texte sans prétention et sans conviction. Elle l’a ensuite partagé à ses proches qui l’ont aidée à développer son scénario. De fil en aiguille, le petit texte s’est transformé en projet solide et concret, restait à résoudre la question du financement.

En octobre 2020, Diane et son compagnon décidèrent de se lancer dans cette aventure en soulevant des fonds via un crowdfunding. Ils réussirent à exploser le plafond des 3000 euros qu’ils espéraient obtenir et atteignirent les 3900 euros ! Grâce à cette somme, ils purent investir dans du matériel professionnel pour tourner les scènes, notamment en extérieur. De sa conception à sa réalisation, il aura fallu un an pour voir cette web-série portée sur nos écrans.

Synopsis de La fille du Roi Arthur :

La Fille du roi Arthur narre les aventures d’Ellan (Diane Bohlinger) et de ses deux compagnons, Bron (Aurélien Pécret) et Helori (Guihlem d’Ibelin). Alors que le Royaume de Logres est dirigé par Lancelot du Lac, ces trois personnages, réfractaires au nouveau régime en place depuis un an, sont entrés en résistance. Ils vivent en nomades, car les hommes de Lancelot les traquent sans cesse. Obligés de quitter leur camp une nouvelle fois, ils secourent un jeune homme du nom de Ronan (Rémi Bultiau), poursuivi par un soldat de Lancelot. Alors qu’ils sont en chemin pour ramener Ronan chez lui, ce dernier disparaît avec Ellan. Où sont-ils partis ? Pourquoi ? Comment les retrouver ?

Mon avis pas du tout objectif sur La fille du roi Arthur

On retrouve l’ambiance des premières saisons de Kaamelott, tout en étant au cœur de l’intrigue de la saison 5. Il y a bien quelques petits défauts du fait que la série ait été réalisée avec peu de budget : que ce soit dans la prise de son ou le jeu des acteurs.

En effet, tous les comédiens et comédiennes se sont connus grâce à leur amour pour la reconstitution historique de l’époque médiévale. Mis à part Joachim Lelièvre et le YouTuber Metalliquoi ?, tous et toutes sont des acteurs amateurs et actrices amatrices, exactement comme les Noob. Le but de cette équipe était avant tout de se rassembler autour de passions communes, et si le jeu est assez inégal, il ne gêne nullement la progression de l’intrigue. Car chacun et chacune a pu apporter d’autres savoir-faire.

La série n’est donc pas parfaite sur le plan technique, mais elle a été soignée. Que ce soit son générique, ses musiques, ses décors, ses effets spéciaux, ou ses costumes : tout a été fait avec beaucoup d’amour. Le rendu est imparfait, mais de bonne qualité, tout comme Kaamelott à ses débuts.

Une intrigue maîtrisée

L’intrigue est simple, mais efficace. Les cliffhangers des épisodes sont bien maîtrisés. Le nombre limité de protagonistes et de décors permet de se centrer sur les quatre personnages principaux et de développer leurs personnalités respectives. Il y a beaucoup de subtilité dans l’écriture des blagues et des personnages. On passe un très bon moment en compagnie d’Ellan, Bron, Helori et Ronan et l’on finit par attendre impatiemment la suite des épisodes déjà postés.

L’épisode 4 apporte une narration singulière avec son petit théâtre d’ombres qui n’est pas sans rappeler la narration du Conte des Trois Frères dans le septième volet d’Harry Potter. Plutôt bien amené, il apporte beaucoup de fantasy au coeur de cette intrigue comique et épique, qui se déroule majoritairement au cœur de la forêt.

Le cadrage le met bien en relief ce paysage, car la quasi totalité des scènes ont été tournées en extérieur. Le parti prix est vraiment intéressant, que ce soit pour développer l’intrigue qui se rapproche comme la saison 5 de Kaamelott, du road movie, ou pour faire des références directes à la série dont elle s’inspire.

Une web-série YouTube portée par des passionnés et des professionnels !

Des passionnés de l’équitation et des techniques médiévales

Ophélie Deloge (l’interprète Athelisa), qui pratique l’équitation, a permis à l’équipe de filmer des scènes équestres l’espace d’une journée. Le rendu est tout simplement superbe. L’apparition du fidèle destrier apporte une touche très professionnelle à l’ensemble, tout comme les costumes et accessoires.

Ces derniers ont été réalisés par Florian Liétard, le compagnon de Diane Bohlinger. Florian Liétard est un professionnel du milieu et le rendu de ses réalisations est vraiment magnifique tout en étant artisanal. En particulier pour les costumes d’Athelisa, d’Ellan et de Bron. Le soin apporté à respecter la réalité historique est d’autant plus appréciable. Le cuir a été travaillé d’une façon typiquement médiévale, tout comme les capes et les armures.

Le générique et les musiques : une réelle plu value

La musique donne une dimension remarquable à la web-série. Composée par Joachim Lelièvre (compositeur attitré de la web-série Brocéliande), elle apporte une réelle plu value à ce projet bénévole. D’abord, elle s’inspire de la bande-son originale de Kaamelott. Elle en reprend les thèmes tout en déclinant des variations très personnelles. Ensuite, toutes les mélodies sont harmonieuses et soulignent parfaitement les scènes de la web-série.

Enfin, le générique de Kevin Guezenec et de Diane Bohlinger ont été façonnés avec une belle identité visuelle, très proches de leur inspiration initiale. Kevin Guezenec n’en n’est pas à son coup d’essai. C’est notamment lui qui a réalisé les effets spéciaux et le générique de la web-série Brocéliande, dont il est également le monteur. Diane Bohlinger a quant à elle plus d’une corde à son arc, puisqu’elle est à l’origine de tous les effets spéciaux de sa propre web-série. L’ensemble technique est plutôt remarquable pour une première réalisation avec un budget aussi réduit.

En conclusion

Si vous êtes fan de Kaamelott ou fan de web-série, n’hésitez plus ! Vous passerez un très bon moment devant une intrigue palpitante avec des personnages attachants.

Merci d’avoir lu cet article ! Nous vous invitons à rejoindre la communauté des étoilé·e·s en participant à notre groupe Facebook « La Galaxie de la Pop-culture ». N’hésitez pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile Twitter Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile

 

Share this Post

Merci de nous laisser un commentaire !