Tsilla Aumigny/ mars 13, 2018/ 4 comments

Le 28 novembre 2001 débarquait Atlantide, l’Empire perdu sur les écrans. Une nouvelle production Disney qui reçut un accueil mitigé, malgré une excellente campagne publicitaire. Mais pourquoi est-il autant sous-estimé ?

Réalisé par les deux vendeurs de rêves que sont Gary Trousdale et Kirk Wise, qui nous avaient déjà enchanté avec la Belle et la Bête, ou le Bossu de Notre Dame, Atlantide, l’empire perdu renverse tous les codes établis par ses prédécesseurs. Film d’animation drôle, impertinent, dont l’histoire d’Amour est plus que secondaire, Atlantide est un Disney peu (re)connu, alors qu’il est l’un des plus originaux.

Il est probablement l’un des films d’animation les plus sous-estimé. Et nous allons tenter de comprendre pourquoi, afin de le revoir autrement. Alors, attachez vos ceintures les étoilé⸱e⸱s, nous nous amarrons dans les profondeurs d’Atlantide. Nous allons ensemble redécouvrir ce grand classique et toute son histoire !

Le sous-marin Ulysse descend dans les profondeurs
Tel le sous-marin Ulysse, descendez avec nous dans les profondeurs à la (re)découverte d’une merveille oubliée !
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

Atlantide, l’empire perdu, scénario inattendu pour un disney

Tout d’abord, le scénario est inhabituel pour un Disney. Bien qu’Atlantide s’inscrive dans la tradition des live-action d’aventures des années 60, son histoire n’est pas banale. En général, les productions des Studios réécrivent et se réapproprient une histoire existante (comme un conte de fées des frères Grimm). Celle-ci repose souvent sur la quête initiatique du héros ou de l’héroïne. Grandir, vivre une aventure, se marier avec un prince charmant que l’on connaît à peine…sont les clefs des récits habituels. Qu’il y ait ou non des scènes d’action. Et, ce n’est pas ce que nous raconte Atlantide.

Atlantide nous relate la découverte d’un autre monde par un groupe d’étrangers, dont les intentions sont plus ou moins honorables. C’est ainsi que les réalisateurs sortent des sentiers battus et inexplorés par les films d’animation, en surfant sur le scénario qui a fait le succès Star Trek et Stargate SG1. Cela est, en partie, dû au premier scénariste du projet : Joss Whedon (réalisateur de Buffy contre les Vampires et Avengers). Ce dernier, qui adore Star Trek, s’en est largement inspiré pour écrire ce qui serait son pilier scénaristique principal.

En fait, il s’agit d’un topos (ou lieu commun) bien connu dans la littérature : le bel inconnu. Il est largement employé dans les récits chevaleresques et autres fictions fantastiques. Dans celles-ci, le bel inconnu (ou l’équipe d’inconnus) débarque dans un univers en péril, et parvient à le défendre contre une menace. Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux en sont de bons exemples. Le Bel inconnu est le topos idéal des récits d’action et d’aventures.

Grâce à ce topos, Atlantide possède une trame narrative dont les enjeux dépassent largement ceux des Disney de sa génération. Il nous raconte comment et pourquoi cette civilisation est devenue un empire perdu.

l'Atlantide, bientôt engloutie sous les flots
La cataclysmique scène d’ouverture donne d’ailleurs le ton d’entrée de jeu !
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

Au cours du film, nous apprenons que c’est en perdant leur culture, que les Atlantes se sont perdus eux-mêmes. Ce peuple ne sait plus ni lire, ni écrire. Il est prisonnier des flots, mais surtout, prisonnier de son ignorance. Milo détient le pouvoir de le faire renaître grâce à ses connaissances. C’est ainsi qu’Atlantide nous montre à quel point notre culture et notre langue sont primordiales. Elles sont intrinsèquement constitutives de notre identité, et les laisser mourir revient à éteindre ce que nous sommes.

A l’image du Crystal qui représente la richesse et la longévité des Atlantes.

Les héros de l’Histoire doivent non seulement sauver une Cité d’une déperdition intellectuelle, mais aussi, la préserver de pilleurs qui sont prêt à l’assassiner pour voler ses richesses, alors qu’un chaos planétaire se prépare. En effet, l’intrigue se déroule en 1914, à l’aube de la première guerre mondiale. Le commandant Lyle compte vendre le Crystal à des Nations qui paieraient cher : entendez par là, le vendre à des nations qui se préparent à la guerre. Une façon subtile de dénoncer le colonialisme et le capitalisme. L’appropriation d’une culture, de ses richesses, et leur exploitation. Atlantide nous invite à réfléchir sur la richesse que nous octroient nos connaissances et sur ce que nous en faisons. Le savoir est littéralement le pouvoir.

Les personnages principaux admirent la cité de l'Atlantide
Les personnages principaux admirent la cité de l’Atlantide. La cité fourmille de détails, tout comme le film !
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

Tout est fait pour que l’action et la cité soient au cœur de l’intrigue, comme le confirme de le producteur Don Hahn[1]. Afin que ne soient pas perdus de vue les enjeux principaux, même la musique prend une autre dimension.

En effet, la B.O. de James Newton Howard (à qui l’on doit celles de la trilogie The dark Knight) n’est présente que pour ambiancer les scènes. Elle permet de créer un univers musical, d’accompagner les scènes d’action, de leur donner de la profondeur. Aucun personnage ne chante. L’une des clefs du succès de Disney réside pourtant dans ses chansons.

En effet, les productions sont souvent construites sur le modèle des comédies musicales de Broadway[2]. Chaque chanson doit permettre de développer les émois et les personnalités des personnages, faire progresser l’action, ou déclencher une crise d’épilepsie. L’aspect comédie musicale a été délaissé avec Tarzan, mais l’est définitivement avec Atlantide, rompant ainsi avec la tradition et la recette qui a fait le succès des Studios (et des antiépileptiques).

Un autre point de rupture est atteint concernant les personnages, qui sont pour le moins atypiques.

Atlantide, et ses personnages principaux atypiques

La patte des deux réalisateurs, Gary Trousdale et Kirk Wise, est d’emblée reconnaissable à leur personnage principal. A l’origine, Milo devait être un descendant du pirate Barbe Noire, mais sous l’impulsion des réalisateurs, il est devenu tel qu’on le connaît[3]. Que pouvait-on attendre d’autre des créateurs de Belle ?

Intellectuel, féru de livres, brillant mais farfelu, dans une position sociale inconfortable car réparateur de la chaudière au Muséum d’Histoire Naturelle alors qu’il se rêve en explorateurs de ruines, Milo apparaît comme la caricature d’un intellectuel idéaliste qui rêve de partager ses connaissances avec le monde entier, mais qui doit se contenter de le faire avec ses balais.

Comme Belle apprend à lire à la Bête (dans une scène ajoutée dans la version longue), Milo apprend à Kida comment déchiffrer sa propre langue. Milo ressemble à Belle en tous points. Le syndrome de Stockholm en moins. Son histoire d’amour avec la princesse Kida est passée au second plan, et elle est traitée de façon réaliste. Kida et Milo sont attirés l’un par l’autre mais leur idylle ne se déclenche pas au premier regard. Ils construisent leur histoire en redécouvrant l’Histoire d’Atlantide.

Kida : une princesse Disney pas comme les autres

La princesse Kida n’a rien d’une princesse Disney ordinaire. Impitoyable, curieuse, maligne, elle est une conquérante. Elle a été élevée pour diriger son peuple d’une main de fer. Pourtant, cette princesse-guerrière n’apparaît jamais en tant que telle sur les produits dérivés. Vous trouverez toujours Aurore, Cendrillon, Blanche-Neige, Belle -qui n’est même pas une princesse-, Tiana, Ariel, ou encore Jasmine et Raiponce. Kida, jamais.

Pour cause, Kida ne correspond pas à l’archétype des princesses Disney : elle n’est pas naïve, elle ne porte pas de robe sublime, ses passe-temps préférés ne sont pas de passer le balai ou de parler à des animaux. Comme Milo, Kida aime apprendre, c’est l’amour de l’apprentissage qui les rassemble. Elle passe son temps libre à essayer de déchiffrer les instructions d’un véhicule afin de le faire voler.

Kida se rapproche d’un autre personnage créé par les deux réalisateurs. Il s’agit bien sûr d’Esmeralda (qui n’est pas non plus représentée sur les produits dérivés). D’ailleurs, un détail n’est pas sans rappeler le modèle dont elle s’inspire. Comme la gitane, Kida ne porte qu’une seule boucle d’oreille.

Kida présente l'Atlantide
Et en plus, elle est guide touristique ! Que demandez de mieux ? (pensez tout de même à vous munir d’un traducteur. Milo par exemple…)
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

Les membres de l’équipage : drôles et atypiques

Tous les membres de l’équipage sont développés, malgré leur rôle secondaire. Ils sont tous drôles et attachants, mais eux aussi sont atypiques dans l’univers Disney. En effet, Atlantide est le premier Disney dans lequel les alliés du héros sont aussi ses ennemis au début de l’histoire. Les personnages secondaires sont ambigus, mais intéressants : analysons qui sont Helga Sinclair, le Docteur Gentil, Gaëtan Molière, Aude Ramirez, Vincenzo Santorini, Cookie et Madame Placard.

Helga Sinclair est la parfaite incarnation de la Queen Bee : vénale, autoritaire, sociopathe, et séductrice-manipulatrice. Femme fatale idéale, elle se détache de l’ensemble des personnages par son caractère toxique. Helga Sinclair est l’antithèse parfaite d’une princesse Disney, tout en respectant ses codes. Belle, blonde, intelligente, elle use de ses charmes pour obtenir ce qu’elle désire. Redoutable par son cynisme, elle participe de façon involontaire au sauvetage de la Cité lorsqu’elle se venge de Lyle.

L’ennemi du héros est quant à lui un beau lieutenant, brun, viril, musclé, inculte, qui a pour unique ambition de s’enrichir, et ce, au détriment d’une civilisation entière. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un Gaston : le parfait prince charmant qui se révèle être le pire des tortionnaires. Son deuxième prénom, « Tiberius » est une référence directe au commandant James Tiberius Kirk (Star Trek).

Le Docteur Gentil n’est en réalité pas si gentil qu’il n’y paraît, puisqu’il est, comme les autres, avant tout intéressé par l’argent. Extraverti et profondément compatissant, il sera le premier à se révéler comme un allié auprès de Milo. Son histoire est brièvement développée : ostéopathe à ses heures perdues, il a grandi dans une réserve indienne. Ses diplômes de médecine sont d’ailleurs des titres amérindiens. Comme la plupart des personnages secondaires, le Docteur Gentil est donc issu d’une « minorité », et pas n’importe laquelle : une minorité qui a subi un massacre.

Gaëtan Molière est français : il est donc sale, et sa plus grande peur est le savon, merci pour le cliché. Le personnage est mystérieux, à la fois érudit dans son domaine, et traité comme un animal. Il incarne probablement le petit animal mignon accompagnant le héros que les réalisateurs ont refusé d’intégrer à leur trame. Il est le parfait comic relief.

Audrey Ramirez est une jeune mécanicienne, qui a pour but de reprendre l’atelier de son père. Responsable, elle a été élevée comme un garçon par son père qui ne voulait que des hommes : l’un pour reprendre son atelier, l’autre pour devenir champion de boxe. Elle a une sœur qui concourt pour décrocher le titre. Fidèle et attachée aux valeurs que son père lui a enseignées, Audrey Ramirez est touchante par sa sincérité. Comme tous les personnages féminins d’Atlantide, elle dénote par sa personnalité et son caractère franc.

Vincenzo Santorini est italien, passionné par les explosions. Mafieux, vénal et parfaitement immoral, il aurait pu se trouver dans un épisode de Rick et Morty. Fils de fleuristes qui a mal tourné, il souhaite rouvrir un commerce. Parfait méchant, il finit néanmoins par basculer du côté du héros, car il sait faire preuve d’une grande humanité, malgré son manque de moralité.

Les membres les plus marquants sont Madame Placard et Cookie, le chef cuisinier pour qui les quatre groupes d’aliments sont le whisky, les fayots, le lard et les patates.

Lorsqu’il s’adresse à Milo la première fois, il lui dit : « T’es tellement maigre que si tu te mets de profil et que tu tires la langue, t’as l’air d’une fermeture éclair ! ». Quant à Madame Placard, l’opératrice téléphonique du troisième âge, elle possède un cynisme presque légendaire. « On va tous crever ! » est sa phrase fétiche. Flegmatique jusqu’au bout des ongles, elle passe son temps à fumer et à téléphoner à l’une de ses amies, ne se contentant que de faire le service minimum.

Malgré ces personnages haut en couleurs, Atlantide possède une face plus sombre. Il est le premier Disney qui se permet de faire mourir de nombreux personnages tertiaires et secondaires.

Il n’y a jamais de pathos rajouté, ou de résurrection improbable (comme dans Mulan 2). La quasi totalité de l’équipage de l’Ulysse décède lors de la confrontation avec le Léviathan. Puis, le roi meurt. Enfin, Helga et Lyle succombent à leur tour. Ce point est particulièrement déroutant pour un Disney : la réalité de la mort n’est pas dramatisée, ni cachée. Ce réalisme se ressent également dans l’écriture des scènes, et des dialogues percutants.

Tous les personnages sont drôles, et leurs dialogues ont été travaillés. Ce ne sont pas des personnages empreints de bons sentiments : ils ressemblent davantage à Flynn Rider, qu’à Cendrillon. Ils sont manipulateurs, vénaux, moqueurs et ambigus : ni tout à fait bons, ni tout à faits mauvais. Et leur interprétation ne fait que renforcer l’attachement que nous leur portons.

Preston Whitmore le philantrope, plongé dans ses pensées. Derrière lui des coelacanthes dans un aquarium
On l’oublie un peu, mais malgré ses allures occasionnelles de méchant de James Bond, l’expédition n’aurait pas été possible sans ce vieux fantasque de Preston Whitmore !
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

Le talent du casting au service de l’interprétation des personnages

Dans la version origiale, Micheal J.Fox interprète Milo Thatch. Trouver plus iconique que le héros du légendaire Retour vers le Futur aurait été impossible ! Et pourtant…les réalisateurs réussirent à convaincre Leonard Nimoy (Spock dans Star Trek) de rejoindre cette aventure en interprétant le vieux roi.

Le choix de ces acteurs ne peut que révéler le dess(e)in à peine masqué de ce film. Gary Trousdale et Kirk Wise n’avaient qu’une idée en tête : démontrer que les geeks finiront par assouvir leur domination sur le monde. D’habitude, les producteurs choisissent des stars Disney (comme Demi Lovato pour interpréter sa B.O. de la Reine des Neiges) ou des acteurs connus et appréciés par le jeune public. Or, ce sont des acteurs d’autres univers qui leur ont été préférés.

Malheureusement pour l’équipe, Jim Varney, l’interprète de « Cookie » décéda alors que le tournage n’était pas terminé. Toute l’équipe lui rendit un vibrant hommage[4].

Côté VF, l’ensemble du casting français donne une claque ! Qui pourrait se lasser des voix de Reno ou Timsit ? Et du regretté Mouss Diouff, en tant que Dr Gentil ? Les blagues sont drôles car elles sont très bien adaptées à la version française et très bien interprétées. Atlantide est un régal dans les deux langues, ce qui est rare !

Les graphismes ont été inspirés par le dessinateur du comics Hellboy

Le saviez-vous ? Vous pouvez superposer la plupart des personnages d’un film Disney à un autre. D’une part, cela participe à une identité stylistique et visuelle globale. D’autre, part, cela peut permettre de réaliser des économies sur les plans séquences.

Par exemple, la fin de la Belle et la Bête a dû être rapidement achevée par manque de moyens. Ainsi, les réalisateurs et dessinateurs ont-ils repris la séquence de fin de La Belle au Bois Dormant, en modifiant le background et la couleur des vêtements de Belle et son Prince[5]. Ce serait impossible avec Atlantide, car les réalisateurs sont allés chercher l’un des meilleurs dessinateurs de comics actuel pour enrichir leur univers et faire se faire plaisir.

Mike Mignola, alias LE dessinateur d’Hellboy, a été sollicité par Disney pour les conseiller. Reconnaissable entre tous, son style donne une véritable identité visuelle à Atlantide[6],[7]. Une identité unique. Sublimée par les plans au format cinémascope (format large), une utilisation intelligente des effets numériques et de la lumière.

Ce n’est pas tout.

L’équipe a travaillé sur la civilisation des atlantes comme celle de Peter Jackson l’a fait pour Le Seigneur des Anneaux. Une langue a même été crée par Marc Okrand, un expert linguistique, qui a aussi travaillé sur Star Trek. L’animateur John Emerson a ensuite travaillé sur le graphisme des lettres[8]. Celle-ci se révèle être la langue mère des autres langues indo-européennes (l’ancêtre de toutes les langues du continent Européen et de l’Inde).

Par conséquent, les membres de l’équipage et les autochtones n’ont donc aucun mal à communiquer. Ce qui est particulièrement incohérent pour toute personne qui a étudié la naissance et l’évolution des langues et de l’alphabet (et notamment les proto-langues auxquelles l’Atlante est sensée appartenir). Mais incroyablement original dans un film d’animation Disney, habitué à nous servir des productions qui ne prennent même pas la peine de traduire l’ensemble de ses plans dans les langues des téléspectateurs.

Tout a été travaillé en conséquence. Les animaux, les plantes, les fourchettes, l’architecture. Tout ce travail fait d’Atlantide une œuvre de la fantasy, tout en l’ancrant dans un contexte réaliste.

En effet, certains producteurs n’hésitent pas à payer des voyages à l’autre bout du monde à leurs dessinateurs, afin d’obtenir des esquisses réalistes. Une folie de l’Art démentielle et enivrante, à la hauteur du vertige faramineux de l’investissement des studios. Disney, c’est aussi ça. Un film d’animation est un projet gargantuesque que les équipes réalisent. Plus que de l’animation, une production Disney est une performance créative et artistique. Cela vaut particulièrement pour Atlantide.

Ainsi, l’équipe technique d’Atlantide a visité des musées et d’anciennes installations militaires pour dessiner au mieux le début du XXème siècle et retranscrire sa technologie.

Elle est aussi descendue dans la Carlsbad Caverns du parc national des grottes de Carlsbad au Nouveau-Mexique, à 240m sous terre. Et ce, pour s’inspirer des chemins souterrains, lesquels ont servi de modèle pour les grottes aux abords de la Cité perdue[8]. Les bâtiments, quant à eux, sont inspirés par l’architecture de l’Asie du Sud Est.

Cette cité multiculturelle est aussi une retranscription graphique presque parfaite des écrits platoniciens.

Atlantide, l’empire perdu, à l’image de l’architecture imaginée par Platon

Bien qu’Atlantide s’inspire d’autres œuvres, voire, les reproduise fidèlement sur le plan graphique, elle en reste indépendante. Parmi les inspirations, nous retrouvons le Timée et le Critias de Platon[9], et Voyage au centre de la Terre et Vingt mille lieux sous les mers de Jules Verne. Le sous-marin Ulysse a sans conteste été inspiré par le Nautilius[10].

Le film se permet même de citer le philosophe grec en guise d’introduction. Du jamais vu : Disney cite Platon.

Mais Disney ne fait pas que citer Platon. Il reprend aussi l’une de ses thématique les plus forte : l’âge d’or décadent et la Cité Idéale qui est tombée sous le joug des rêves démesurés de son roi. Par orgueil, le père de Kida, roi de l’Atlantide, a transformé le Crystal en une arme de guerre. Dans ses rêves de grandeurs, il a voulu conquérir d’autres civilisations. C’est ce rêve aveuglant qui a perdu Atlantide. Or, cette idée d’un monde sur le point de s’éteindre à cause de la démesure de son roi n’avait jamais été abordée dans un film d’animation.

Dans les récits de Platon, les Atlantes tentent eux aussi de conquérir de force l’Europe et l’Asie. En grec ancien, il existe un terme pour dénoter cette démesure : l’hybris (ὕϐρις). Elle est considérée comme une transgression violente, un crime. Elle est la cause des plus grandes tragédies.

Et les scénaristes ne sont pas contentés de s’inspirer de la tragédie de l’Atlantide, ils ont aussi fidèlement reproduit son architecture.

La cité dans le Disney, plan large
L’Empire perdu, conservé par Platon
Source : The Walt Disney Company. © Disney © Disney•Pixar © & ™ Lucasfilm LTD © Marvel. Tous droits réservés.

D’après le philosophe grec, l’architecture de l’Atlantide est une succession de cercles concentriques. La métropole atlante a été érigée artificiellement au milieu de l’Atlantide proprement dite, elle se compose d’une île centrale d’un diamètre de 5 stades (ou 588 m). A l’intérieur de laquelle se trouve l’Acropole de la cité, qui est son centre politique et religieux. On y trouve le palais royal et un temple dédié à Poséidon (Dieu de la Mer), orné d’ivoire, d’or, d’argent et d’orichalque. Tout autour, une clôture d’or a été érigée. L’agropole est isolée par un fossé circulaire rempli d’eau, mesurant 1 stade (un peu plus de 117 m).

Puis, une bande de terre large de 2 stades (ou 235 m) sur laquelle se trouve des habitations. Et de nouveau, un troisième fossé circulaire rempli d’eau, de largeur égale au précédent. Ensuite, lui succède une autre bande de terre, large de 3 stades (352 m), qui est encerclée à son tour d’un dernier fossé rempli d’eau, de 3 stades également. Sur cette dernière, se dresse un dernier rempart. Puis, aussi loin que peut se porter le regard, Platon nous indique des pleines, des prairies gorgées de fleurs, des sources abondantes d’eau froide et chaude, des mines de pierres précieuses. Une citée idéale et rayonnante.

Dans le film d’animation, le dispositif architectural comprend bien cinq cercles. Deux anneaux de terre et trois anneaux de mer et deux remparts, réputés infranchissables. C’est aussi un mélange des types maya, cambodgienne, indienne et tibétaine. L’idée était que la Cité prenne vie, et devienne un personnage à part entière, tout comme le Crystal. Comme le disait Platon :

τό τε μὴ πλασθέντα μῦθον ἀλλ᾽ ἀληθινὸν λόγον εἶναι πάμμεγά που.
« Que ce ne soit pas une fiction fabriquée, mais une histoire véritable, voilà qui est essentiel »

Luc Brisson (dir.), Michel Narcy et Platon (trad. du grec ancien par Michel Narcy), Théétète : Platon, Œuvres complètes, Timée, 26e, Paris, Éditions Flammarion, 2008 (1re éd. 2006)

Si l’architecture a été aussi soignée, c’est parce qu’elle était ambitieuse, à l’image des Studios Disney qui tentaient d’expanser leur empire. Il ne faudrait pas oublier qu’un film d’animation est une production artistique, mais aussi, une production industrielle. Il doit donc engranger beaucoup d’argent et participer à bâtir une image de marque.

Atlantide, c’est avant tout l’histoire de deux réalisateurs qui ont hissé les studios au plus haut niveau

Replaçons le contexte dans lequel Atlantide est arrivé et pour cela, retraçons brièvement l’histoire de Disney. Né en 1923 et reconnu internationalement en 1937 avec le film Blanche-Neige et les sept nains, la compagnie Disney a prospéré sur le marché. Elle est rapidement devenue un leader. Malgré la seconde guerre mondiale qui ralentit l’activité des studios (ces derniers ayant été transformés en entrepôts militaires), Disney se relève[11]. La compagnie change plusieurs fois de noms, avalant ses concurrents les uns après les autres pour se maintenir économiquement et s’expanser.

Les succès s’enchaînent jusque dans les année 80, où la franchise perd des sommes colossales, suite à une mauvaise presse pour quelques films parmi lesquels La foire des Ténèbres(1981) et Tron (1982). Pour se diversifier, la franchise investit et rachète de nouvelles compagnies, et bâtit Disneyland Resort Paris[12].

Côté animation, elle renaîtra grâce à La Petite Sirène, sortie en 1987, qui va instaurer un canon de genre. Economiquement viable et pérenne.

Les années 90, considérées comme un âge d’or, ont vu naître une déferlante de productions calquées les unes sur les autres, à quelques exceptions près, dont L’étrange Noël de Mister Jack. Cette période a aussi marqué un tournant dans l’histoire des Studios. En effet, pour la première fois dans l’histoire du cinéma, ils ont été récompensés au même titre que les autres films, alors qu’ils étaient boudés par les toutes les cérémonies prestigieuses. Cette récompense, Disney la doit à La Belle et la Bête (1991), nommé aux Golden globe en 1992 dans la catégorie meilleur film, et primé pour sa musique. Les réalisateurs de ce film nommé et récompensé, ce sont Kirk Wise et Gary Trousdale, les papas d’Atlantide.

Les réalisateurs d’Atlantide : primés et récompensés pour La Belle et la Bête

Pourtant, si un film n’était pas destiné à recevoir une telle récompense, c’est bien celui-là ! Comme ils l’expliquent dans les commentaires de La Belle et la Bête, le film d’animation est truffé d’erreurs et d’incohérences. De la tapisserie dans la taverne qui se déplace de plans en plans jusqu’à disparaître sur l’un d’eux -les réalisateurs la qualifient de « vivante »-, à la scène finale où la Bête n’avait toujours pas de prénom, le film a en fait été complètement réalisé à l’arrachée « avec la crème de la crème » en termes de dessinateurs, animateurs, musiciens et techniciens comme le rappellent les deux réalisateurs[5].

En effet, Comme Kirk Wise et Gary Trousdale ont repris la réalisation en cours de projet, ils ont fait ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils n’avaient plus : du temps et de l’argent. Disney accorde trois années complètes à ses employés pour réaliser un film d’animation. Un an avait déjà été consommé.

Malgré tout, le résultat fut unanimement salué par la critique et connu un succès commercial considérable. Ayant été récompensé par l’ultime privilège d’être nommé dans la catégorie meilleur film, les deux réalisateurs se sont attelés à plusieurs projets. D’abord au bossu de Notre-Dame (en 1996), qui fut un succès. Puis, Atlantide, qui vit le jour en 2001. Atlantide serait à sa façon une révolution, mais ne connaîtrait qu’un succès mitigé. Avec un budget de 100 millions de dollars (un des plus cher de son époque), il n’en a rapporté que 86 millions aux Etats-Unis et 186 millions à travers le monde. Par comparaison, la Belle et la Bête avait rapporté 425 millions pour un budget de 25 millions[13].

Atlantide n’est pas sorti au bon moment, il n’a donc pas été apprécié à sa juste valeur

Au détour des années 2000, la concurrence fut plus rude. La bonne vieille recette ne fonctionnait plus, il fallait innover. Les premiers films d’animation des studios Pixar tirèrent brillamment leur épingle du jeu. Quant à Dreamworks, une fois la bombe Shrek lancée, ils atteignirent un paroxysme que Disney n’aurait jamais espéré. Et ce, malgré l’usage d’une campagne marketing de haut vol, puisqu’il s’agissait de la première campagne de marketing digital de la firme[12].

Le 22 avril 2001, cette figure, aujourd’hui mythique, pointait ses oreilles vertes sur les écrans. Sept semaines après la sortie d’Atlantide. Un choc. Non seulement, Shrek se moquait ouvertement des concurrents en parodiant des scènes iconiques des Disney (mais, si, souvenez-vous, Fiona fait exploser un oiseau en chantant et récupère les œufs pour préparer un petit déjeuner à son amoureux), mais aussi des valeurs qui y étaient attachées.

Enfin, Shrek était une révolution scénaristique. Le récit utilise les mêmes codes que la Belle et la Bête, en les renversant.

Son style est marqué par un humour cynique et grinçant, aussi bon pour les petits que pour les grands. Encensé par la critique, l’arrivée de ce nouveau type de production pour enfants et grands enfants a rénové le genre. Atlantide a malheureusement débarqué alors que le phénomène Shrek n’était pas encore passé de mode, un peu comme si les Beatles avaient sorti un nouvel opus original, juste avant l’énorme succès d’AC/DC. Résultat : Atlantide a obtenu des notes et des commentaires bien médiocres par rapport à l’originalité de son sujet et de sa production artistique.

Un projet de série animée s’inspirant du film aurait dû voir le jour, mais face à la déconvenue critique et commerciale, elle ne vit jamais le jour. Les quelques épisodes pilotes furent compressés sous forme d’un deuxième film d’une qualité excessivement médiocre : Les énigmes de l’Atlantide, sorti directement en DVD en 2003.

Conclusion :

Pour toutes ces raisons, Atlantide a été jugé « trop adulte » pour plaire à des enfants à sa sortie. Comme si les jeunes enfants étaient incapables de s’amuser devant un film élaboré, réfléchi, et qui met en scène une morale écologique et humaniste, prônant le pluralisme culturel et l’importance du langage. « Trop adulte » aurait aussi pu convenir à Shrek, finalement. Atlantide demeure probablement, à l’effigie de son titre, une Cité perdue, ambitieuse, mais sous-estimée, qui attend que son Crystal soit définitivement rallumé.

Relu et corrigé par Evan Garnier

Merci d’avoir lu cet article ! Nous vous invitons à rejoindre la communauté des étoilé·e·s en participant à notre groupe Facebook « La Galaxie de la Pop-culture ». N’hésitez pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile Twitter Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile


Sources :

[1] Peter Henn, « Finding Atlantis », Film Journal International, 1er juin 2001

[2] L’Histoire : le voyage commence de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector du film.

[3]Scénario et Mise en Scène : Trouver l’histoire de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector du film

[4]Animation Production: The Voices of Atlantis de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector anglophone du film.

[5] Gary Trousdale, Kirk Wise, Don Hahn, Alan Menken, commentaires audio disponible sur le premier DVD de l’édition collector du film La Belle et la Bête, 2002

[6] Direction artistique : La création d’Atlantide de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector du film

[7] Jeff Kurtti, Atlantis: The Lost Empire – The Illustrated Script, p. 55

[8] L’Histoire : Créer la mythologie de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector du film.

[9] Luc Brisson (dir.), Michel Narcy et Platon (trad. du grec ancien par Michel Narcy), Théétète : Platon, Œuvres complètes, Paris, Éditions Flammarion, 2008 (1re éd. 2006), 2204 p.

[10] L’Histoire : Créer la mythologie de « Atlantide, l’empire perdu », disponible sur le second DVD de l’édition collector du film.

[11] Franklin Thomas, Ollie Johnston, Walt Disney’s Bambi, p. 186

[12] Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, 564p.

[13] Jerry Beck, The animated movie guide, p. 26

Share this Post

4 Comments

  1. Atlantide est l’un de mes Disney préféré (avec Kuzco et, paradoxalement… La Belle et la Bête…)
    Merci de lui rendre justice !

    1. 😀 ce sont aussi mes disneys préférés ! Merci

  2. De Nombreux de sites démontrent que ce film est un plagiat de Nadia et le secret de l’eau autant par ses personnages que par son histoire.
    Donc normal que ce film ne ressemble pas a un Disney.
    http://www.thesecretofbluewater.com/atlantis-fr.htm
    Don Hahn est aussi le producteur du Roi Lion comme par hasard.

    1. Bonjour,
      Merci pour cet avis éclairé. J’irais regarder le manga mentionné et modifierais l’article au besoin ! Très intéressant !! À très vite 🙂

Merci de nous laisser un commentaire !