Tsilla Aumigny/ octobre 4, 2022/ 0 comments

Disney/Pixar nous ont offert de nombreux films d’animation absolument incroyables, voici un top Disney méconnu à découvrir en famille.

Nota Bene : Cet article n’est pas sponsorisé. Cette liste a vocation à s’allonger sur le fil de nos découvertes. Comme vous, nous aimons découvrir des Disney méconnus et vous les partager ! Alors, bonne lecture et n’hésitez pas à partager vos trouvailles dans les commentaires !

Atlantide, l’empire perdu : sous-estimé à sa sortie

Bande-annonce d’Atlantide, l’empire perdu

Notre avis sur ce Disney méconnu

Atlantide, l’empire perdu est probablement l’un des Disney qui porte le mieux son nom. En effet, dès sa sortie en 2001, il n’a pas connu le succès qu’il aurait dû connaître. Les causes en sont multiples. Réalisé par un célèbre duo de réalisateurs : Gary Trousdale et Kirk Wise, ces derniers avaient permis à Disney de décrocher son premier Golden Globe en 1992 grâce à La Belle et la Bête. Malgré leurs succès passés (La Belle et la Bête, Le bossu de Notre-Dame), telle l’Atlantide, ce film fut un naufrage qui sombra dans les méandres de l’oubli.

Il demeure à ce jour l’un des Disney les plus méconnu et les plus sous-estimé. Adaptation d’un mythe de Platon, écrit et réalisé à la manière de Star Trek, avec des notes typiques des romans de Jules Vernes puisque le film d’animation se déroule en 1914, Atlantide a tout pour plaire. Un univers fantasy absolument magnifique, des personnages drôles et touchants (interprétés par un casting fantastique, la VF étant assurée entre autres par Jean Reno et Patrick Timsit). De l’action, de l’humour, une histoire dont les enjeux dépasse celle des Disney habituels. Une B.O. magistrale composée par le talentueux James Newton Howard. L’empire Perdu ne peut que conquérir le cœur des petits et des grands.

N’hésitez pas à lire notre article qui lui est consacré.

La Planète aux trésors : Un nouvel univers, une pépite

Bande-annonce de La Planètes aux trésors

Notre avis sur ce Disney méconnu

La Planète aux trésors a connu le même destin qu’Atlantide, pour les mêmes raisons. Amarré en 2002 sur grand écran, ce film d’animation est une réinterprétation contemporaine du roman L’île aux trésors de Robert Louis Stevenson. Comme Atlantide, il a été réalisé par un duo de réalisateurs qui a participé à l’âge d’or des années 90. Il s’agit de Ron Clements et John Musker, à qui l’on doit Hercule, Aladdin, La petite sirène. Comme Atlantide, la B.O. de La Planète aux trésors a été composée par James Newton Howard. Et comme Atlantide, La Planète aux trésors est une pépite qui porte bien son nom.

Nous transportant dans un univers futuriste où les vaisseaux voguent de planètes en planètes au gré des flots d’étoiles et des caprices du ciel, La Planète aux trésors réinterprète avec brio les aventures du jeune Jim Hawkins. Un jeune garçon, impétueux et colérique, blessé par l’abandon de son paternel, qui rêve d’aventures. La Planète aux trésors est une histoire de pirates de l’espace, sur fond de drame familial et humain, profond et émouvant. Un trésor à redécouvrir d’urgence.

La fée Clochette (et toutes ses suites) : un voyage féérique

Extrait de La fée Clochette

Notre avis sur ces Disney méconnus

Clochette n’est pas sorti au cinéma dans tous les pays. En France, elle a posé sa poudre d’escampette directement en DVD en 2008. Bien qu’elle soit méconnue dans notre Etat, la saga a été très appréciée et plutôt prolifique à l’international, totalisant 6 films et 1 court-métrage. Prequel de Peter Pan, la saga cinématographique nous raconte la naissance de la blondinette et son histoire au cœur de la Vallée des fées. Nous découvrons ainsi comment les fées font le printemps et quels sont leurs rôles dans la création des saisons.

Clochette nous dévoile tout l’étendu insoupçonné de son univers poétique. Nous faisons la connaissance de ses amies Rosalia (fée des jardins), Iridessa (fée de la lumière), Ondine (fée de l’eau), Noa (fée des animaux), Terence (gardien de la poudre des fées) et Vidia (une voltigeuse, fée des tornades). Clochette, quant à elle, est une fée bricoleuse. Durant les 6 films qui lui sont consacrés (et tous les courts-métrages), Clochette nous embarque dans ses aventures magiques et palpitantes. Bien que les deux derniers volets soient moins qualitatifs, tous les autres valent la peine de s’envoler au Pays imaginaire. En particulier le deuxième, Clochette et la pierre de Lune. En VF, vous aurez le plaisir de retrouver Lorie Pester, qui double la double à merveilles. Puis Louane, dont la voix colle parfaitement au personnage.

Frankenweenie : l’un des moins connu de Tim Burton, mais l’un des plus réussi

Bande-annonce de Frankenweenie

Notre avis sur ce Disney méconnu

Frankenweenie est l’un des films de Tim Burton les moins connu, et probablement, l’un des plus réussi. Il nous raconte comment un jeune garçon, Victor, ressuscite son chien Sparky, décédé brutalement. Cet évènement permettra à Victor de découvrir que jouer à Dieu n’est pas sans conséquences. Réécriture du mythe de Frankenstein, ce film d’animation ne pourra qu’enchanter les petits et les grands. En effet, Frankenweenie signe le retour des thématiques chères au réalisateur : le pouvoir de l’amitié, le deuil, l’ostracisation d’un personnage sensible mis au banc de la société pour être différent.

Le tout est enrobé dans l’humour noir, un univers gothique et macabre en noir et blanc, avec une touche esthétique des années 40. Remake d’un court-métrage de Tim Burton réalisé en 1984, parodiant deux classiques des Universal Monsters : Frankenstein (1931) et La Fiancée de Frankenstein (1935) de James Whale et tant d’autres, Frankenweenie est une pépite. Toutes ses inspirations horrifiques sont tournées en dérision, quand elles ne sont pas réécrites pour nous faire rire, elles nous apportent de belles émotions. Ce film est à la fois original et touchant : il faudrait être un monstre pour se retenir de verser quelques larmes sur le dénouement.

Taram et le Chaudron magique : sombre, pour les fans de Fantasy

Bande-annonce de Taram et le chaudron magique

Notre avis sur ce Disney méconnu

Taram et le chaudron magique est l’un des films dont les légendes urbaines prétendent qu’il aurait failli ruiner Disney, car jugé terrifiant…Conseillé à partir de 9 ans tant il est sombre et son humour parfois noir est plutôt réservé aux adultes. Taram et son univers fantaisiste regorge de belles aventures qui vous emporteront dans leur sillage. Réécriture du roman Les chroniques de Prydain de Llyod Alexander, ce film nous relate l’histoire de Taram, un jeune valet de ferme (ou plus exactement un gardien de cochons) aspirant à devenir guerrier, vivant dans la campagne avec l’enchanteur Dalben.

Mais bientôt, leur petite truie Tirelire est convoitée par le Seigneur des Ténèbres, un tyran aussi puissant que cruel. Celle-ci possède des pouvoirs qui pourraient permettre au Seigneur des Ténèbres de trouver un chaudron magique, grâce auquel il pourrait ressusciter une armée de morts-vivants. Taram se voit contraint de protéger cet adorable animal des forces du mal. Au cours de son périple, il fera la connaissance de la princesse Eloïse (Eilonwy en VO) ; du barde Ritournel (Flewddur Fflam en VO) et de Gurki, une créature enchanteresse.

Ces prénoms vous rappellent des personnages du Seigneur des anneaux ou des jeux de rôles comme Donjons et Dragons ? C’est tout simplement parce que le livre dont s’inspire Taram et le chaudron magique puise tout son univers de la mythologie celtique brittonique. Il plaira donc à coup sûr aux fans du genre, malgré ses petites incohérences scénaristiques.

Soul : un film qui possède une âme

Bande-annonce de Soul

Notre avis sur ce Disney méconnu

Soul est un film d’animation auquel la célèbre maxime de Montaigne « apprendre à vivre, c’est apprendre à mourir » s’applique parfaitement. Joe Gardner, pianiste et professeur dans un collège à New York rêve de devenir musicien professionnel. Alors que la proviseure vient de lui proposer un poste de titulaire, l’un de ses anciens élèves lui offre l’opportunité de jouer dans le groupe de Dorothea Williams, au sein d’un club de jazz. Joe passe une audition pour Dorothea, et la diva, convaincue de son talent, le met à l’épreuve de jouer le soir même lors d’une représentation. De celle-ci découlera son avenir. Joe repart, euphorique, et tombe dans une bouche d’égout.

Son âme se retrouve alors dans le « Grand après ». Ne souhaitant pas mourir, il s’échappe et atterrit dans le « Grand avant » où toutes les âmes naissent et sont encadrées par des mentors. Sur un malentendu, Joe devient le mentor de 22, une âme qui n’a jamais voulu descendre sur terre (interprétée par Camille Cottin en VF). C’est ainsi que Soul nous raconte comment deux âmes que tout oppose se rencontrent et deviennent amies, pour le meilleur et pour le pire.

Premier long métrage qui aborde la métaphysique quantique en la vulgarisant, Soul est loin d’être soulant…Au contraire. Ecrit par Pete Docter (Vice-Versa), Mike Jones (Luca) et Kemp Powers (Star Trek : Discovery), Soul aborde avec humour les grandes questions que chacun se pose : pourquoi suis-je sur terre ? Quel est le but de ma vie ? Et il n’oublie pas de nous rappeler à quel point les petits plaisir simples de l’existence peuvent nous raccrocher à la vie. En somme, Soul est un grand film à découvrir d’urgence.

Luca, quand poésie rime avec nostalgie

Bande-annonce de Luca

Notre avis sur ce Disney méconnu

Luca est sorti en 2021, en pleine pandémie mondiale. Raison pour laquelle il s’est directement retrouvé sur la plateforme Disney+, sans passer par la case cinéma, comme Soul.

Luca est un montre marin, qui vit paisiblement avec sa famille dans les profondeurs de la Méditerranée, loin des Hommes qui chassent ceux de son espèce. Lucas est un rêveur, qui aimerait monter à la surface, mais ses parents le lui interdisent, craignant pour sa vie. En effet, les monstres marins sont capables de se transformer en humains une fois sortis de l’eau, mais ils redeviennent des monstre au moindre contact avec l’eau.

Un jour, Luca rencontre Alberto, un monstre marin de son âge. Ce dernier collectionne tous les objets des humains qu’il ramasse au fond de la mer. Alberto est un monstre original, qui vit sur une île. Il entraînera Luca sur la terre ferme. Ensemble, ils expérimenteront la dolce vita. Fascinés par le monde des Hommes dont ils ignorent les coutumes, ils décideront de passer l’été dans la petite ville italienne de PortoRosso. Pour réaliser leur plus grand souhait : acquérir une Vespa.

Dans leur quête, ils rencontreront Giulia et son père, Massimo, pêcheur et chasseur de monstres…Mais aussi le tyrannique Ercole, grand vainqueur du rallye la PortoRosso Cup. Entraînés par Giulia à participer à la PortoRosso Cup, Luca et Alberto feront tout pour la gagner et s’offrir la Vespa de leurs rêves avec leur récompense.

Luca est une aventure pleine de douceur et de poésie. C’est une véritable immersion dans l’Italie des années 80, dont les couleurs chaleureuses de la région des Cinq terres donnent une esthétique sublime à ce film. Le scénario, plutôt simple et inspiré par la vie de son réalisateur, Enrico Casarosa, fonctionne aisément. Les personnages sont très attachants et bien développés. Luca nous offre de belles scènes d’amitié, et délivre un magnifique message de tolérance.

Si vous avez apprécié ce top sur les Disney méconnus, n’hésitez pas à consulter celui sur les Disney/Pixar à voir en famille !

Merci d’avoir lu cet article ! Nous vous invitons à rejoindre la communauté des étoilé·e·s en participant à notre groupe Facebook « La Galaxie de la Pop-culture ». N’hésitez pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile Twitter Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile

Share this Post

Merci de nous laisser un commentaire !