On se consacre dans cet article à l’arc de Stardust Crusaders. Avec bien sûr LE personnage le plus emblématique de JoJo’s Bizarre Adventure : Jotaro Kujo !

Jotaro, c’est LE personnage inspiré des westerns de Clint Eastwood. Les films que l’auteur du manga allait voir au cinéma quand il était petit, et dont il est demeuré un grand fan !

Les aventures bizarres de ce personnage sont devenues mythiques, grâce notamment à l’invention des combats de stands dans cet arc. Mais êtes-vous sûr de bien connaître les origines du mythe ? Le cadre désertique est clairement inspiré des westerns… Mais comment l’auteur de JoJo a-t-il eu l’idée de ce voyage en temps-limite ?

Eh bien, les rédacteurs de la Revue de la Toile ont enquêté sur ce mystère ! Voici – jusqu’à ce jour – les résultats de notre enquête…

Hypothèse n°1 sur les origines du voyage de Jotaro… Le Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne !

Comme le groupe de Phileas Fogg (qui voyage en train, en paquebot, ou même en éléphant), celui de Jotaro emprunte alternativement différents moyens de transports (bateau, avion, voiture, sous-marin). Notons que le sous-marin peut aussi être une référence à Vingt mille lieux sous les mers.

Et leur chemin est également semé d’embûches et de pièges. Dans Le Tour du Monde en 80 jours, Phileas Fogg et Passepartout sont poursuivis par la police, ou encore attaqués par des Indiens. Et dans JoJo, Jotaro et son groupe sont régulièrement attaqués par des ennemis qui veulent les éliminer avant qu’ils n’atteignent leur destination.

On retrouve aussi dans les deux histoires l’idée du pari. Et, dans les deux cas, ce pari prend rapidement une dimension astronomique… Phileas Fogg veut accomplir un tour du monde pour la simple raison qu’il en a fait le pari. Dans Stardust Crusaders, Jotaro et son équipe sont confrontés à D’Arby, un adversaire dont la technique de combat est justement le pari, et qui menace d’emprisonner leurs âmes dans des jetons.

De manière générale, l’idée de jeu (pari ou casse-tête) est très présente dans les combats de stands. Dans les années 90, JoJo est ainsi l’un des premiers mangas à développer une dimension ludique et stratégique dans les combats, peu avant Hunter x Hunter.

Jotaro entouré de jetons de pari et de cartes à jouer. Description physique : Jotaro a un design très reconnaissable. Il ne quitte jamais sa casquette et son uniforme noir d’étudiant japonais, qu’il décore avec des accessoires dorés. Note : sa casquette d’étudiant a la particularité de fusionner avec ses cheveux ! (Ça doit être à force de ne jamais l’enlever…) Comme ses ancêtres, il est très grand et très musclé, ce qui lui donne un peu l’air d’un caïd !
Source : JOJO’S BIZARRE ADVENTURE © 1986 by Hirohiko Araki & LUCKY LAND COMMUNICATIONS / SHUEISHA Inc. Tous droits réservés. Description : Voilà, pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, ceci est Jotaro.

Enfin, comme dans la plupart des romans de Jules Verne, le tour du monde de Phileas Fogg s’achève sur un plot twist à l’explication scientifique, et qui renverse totalement la situation à son avantage. Alors qu’il croyait avoir perdu son pari, il découvre qu’il était en fait arrivé en avance, grâce au décalage horaire !

L’idée de résoudre une situation désespérée par un retournement de situation, en s’appuyant souvent sur une anecdote scientifique, est le principe même des combats de stands. En outre, les stands capables de manipuler le temps, récurrents à partir de ce troisième arc, sont peut-être également inspirés du phénomène de décalage horaire lors des voyages en avion. (Qui donne parfois l’impression d’un saut dans le temps, ou au contraire celle d’être revenu plusieurs heures en arrière…)

Hypothèse n°2 sur les origines du voyage de Jotaro… Dracula (encore !) de Bram Stocker !

Avec le retour de DIO dans ce troisième arc, l’auteur reprend aussi les références à Dracula. La structure de l’arc rappelle en effet la course-poursuite contre le vampire à la fin du roman.

Comme les personnages de Stocker : le professeur Van Helsing, le docteur Seward, Jonathan et Mina Harker, Quincey Morris et Arthur Holmwood, ceux d’Araki constituent une équipe de six personnes : Jotaro, Joseph, Abdul, Kakyôin, Polnareff et Iggy pour traquer le vampire jusque dans un pays lointain. La Transylvanie dans le roman et l’Egypte dans le manga.

Dans Dracula, les personnages n’ont qu’un temps limite pour sauver Mina qui a été attaquée par le vampire. Elle risque de devenir un vampire à son tour, si Dracula n’est pas éliminé avant ! Dans Stardust Crusaders, il s’agit de sauver Holly, la mère de Jotaro, atteinte d’un mal qui ne peut être guéri que par la mort de DIO.

Holly, la mère de Jotaro. La maladie déclenchée par son stand prend la forme de plantes et de ronces qui poussent sur elle et qui l'entourent, ce qui donne une image assez esthétique.
Source : © LUCKY LAND COMMUNICATIONS / SHUEISHA, JOJO’s Animation SC Project. Tous droits réservés.

Description : Le nom Holly est bien sûr un homonyme de « Holy » (« saint » ou « sainte » en anglais). Comme le mot « crusaders », il appartient au champ lexical religieux. Il s’agit d’une croisade contre un démon et pour une cause sacrée, en l’occurrence la famille. Ce vocabulaire manichéen, aussi employé dans d’autres mangas (par exemple Saint Seiya), permet surtout de renforcer l’enjeu des combats, qui illustrent alors la lutte universelle du Bien et du Mal.

Le manga reprend donc le ton épique du roman et son vocabulaire mystique. Le mot « Crusaders » dans le titre de l’arc rappelle les discours de Van Helsing, emprunts de champ lexical religieux, qui assimilent la traque du vampire à une sainte entreprise pour libérer le monde d’un démon. Avant de partir, les personnages de Dracula se préparent d’ailleurs en prêtant serment et en priant Dieu, comme des chevaliers avant une croisade :

“Then without a word we all knelt down together, and, all holding hands, swore to be true to each other. We men pledged ourselves to raise the veil of sorrow from the head of her whom, each in his own way, we loved; and we prayed for help and guidance in the terrific task, which lay before us.”

Bram Stocker, Dracula, Londres, Penguin Classics, 2003, pp. 316-317.

[Alors, tous, nous nous agenouillâmes pour jurer de rester unis, fidèles les uns aux autres. Nous, les hommes, nous fîmes le serment de rendre paix et bonheur à celle que, chacun à notre façon, nous aimions, tout en priant Dieu de nous assister dans notre tâche.]

Bram Stocker, Dracula, Paris, Editions J’ai lu, 1993, p. 391. Traduction de L. Molitor, 1989.

Notons que le premier arc du manga (Phantom Blood) était plutôt inspiré du début du livre, qui se déroule en huis-clos, où Jonathan Harker est prisonnier dans le château de Dracula et enquête sur son mystérieux hôte. Ou encore du passage où Dracula s’infiltre à Londres, déguisé en gentleman. Le troisième arc est quant à lui calqué sur la fin du roman avec la constitution d’un groupe de défenseurs de l’humanité, puis la poursuite et l’élimination du vampire.

Toutefois, la fin de Stardust Crusaders, où les héros explorent le manoir du vampire, qui est truffé de piège et d’ennemis, évoque plutôt un scénario de film d’horreur de type « maison hantée ». On sait qu’Araki est un grand fan de films d’horreur et a d’ailleurs écrit dessus un essai entier !

Hypothèse n°3 sur les origines du voyage de Jotaro… Saint Seiya de Masami Kurumada !

Une image de JoJo et une de Saint Seiya. Dans les deux cas, les cinq personnages sont alignés de profil et regardent droit devant eux.
Source : © LUCKY LAND COMMUNICATIONS / SHUEISHA, JOJO’s Animation SC Project. Tous droits réservés. SAINT SEIYA © 1986 by Masami Kurumada / SHUEISHA Inc. © TOEI Animation. Tous droits réservés. Description: Regardez, ils font la « pose Saint Seiya« ! (Je ne sais pas si c’est involontaire ou si c’est une vraie référence…)

Dans le premier arc, Dracula était pour ainsi dire mélangé avec A l’est d’Eden de John Steinbeck, ainsi que le manga Hokuto no Ken (Ken le survivant) de Tetsuo Hara. Et cette fois aussi, il se trouve mélangé à la fois avec un autre roman, Le Tour du monde en 80 jours, et avec un manga.

Comme le fait très justement remarquer Frederico Anzalone dans JoJo’s Bizarre Adventure. Le diamant inclassable du manga, l’idée des combats en temps limité est aussi inspirée de la bataille des Douze Maisons dans le manga Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque) de Masami Kurumada (1986).

Dans ce manga, les chevaliers de Bronze n’ont que douze heures pour vaincre douze ennemis et sauver la déesse Athéna. Celle-ci gît en bas du sanctuaire, le cœur transpercé d’une flèche d’or que seul le grand Pope pourra retirer. Tout comme Holly, elle mourra si les héros n’accomplissent pas leur mission à temps.

Cette idée de Masami Kurumada a été nombre de fois imitée car c’est un scénario qui s’adapte très bien en jeux vidéo.

On peut ajouter que, dans les deux mangas, l’adversaire est un personnage mystérieux, surnommé « l’incarnation du Mal » (« aku no keshin »), et qui cache son visage jusqu’au moment du combat final. Alors que dans JoJo ce n’est vraiment pas nécessaire puisqu’on le connaît déjà ! Il a à son service une armée entière et pourrait facilement exterminer le petit groupe de héros s’il envoyait d’un seul coup tous ses guerriers. Mais, pour une raison obscure, il préfère n’en envoyer qu’un ou deux à la fois, tandis qu’il attend tranquillement dans sa chambre, en parlant tout seul devant un miroir.

Mais Saint Seiya n’est bien sûr pas le seul manga dont cet arc est inspiré. Le combat final contient par exemple plusieurs références à Dragon Ball, autre grand succès du moment!

Conclusion de l’enquête sur le voyage de Jotaro !

Toutes les hypothèses sont vraies ! Disons qu’elles concordent bien.

On peut même en ajouter une quatrième. Dans Manga in Theory and Practice, Araki dit s’être inspiré du principe de jeux de société comme le jeu de l’oie. Le groupe de Jotaro se déplace de case en case, et à chaque case ils tombent sur un piège ou un ennemi.

Dans le premier arc déjà, le mélange des influences était possible précisément parce qu’elles concordaient bien :

  • La société gothique fermée s’accordait avec la hiérarchie familiale stricte d’East of Eden [A l’est d’Eden] de Steinbeck.
  • Le monstre gothique infiltré pour semer le chaos dans une société ordonnée se combinait avec le héros pauvre des romans réalistes qui nourrit l’ambition vaine de s’intégrer dans la haute société.
  • La dualité de Hokuto no Ken [Ken le survivant], fondée sur le principe du yin et du yang, concordait parfaitement avec la rivalité des frères ennemis dans A l’est d’Eden.

En parlant du premier arc, on peut noter que DIO semble avoir bien changé en l’espace d’un siècle! Le personnage apparaît entièrement relooké, avec des tenues plus funs, plus sexy et plus tape-à-l’œil. Sur le plan vestimentaire, il est donc plus proche de l’image du « vampire rockstar », le vampire moderne développé par Anne Rice dans The Vampire Lestat en 1987, que du traditionnel Dracula. (Voir article « Dio VS JoJo« ) Comme Lestat, c’est d’ailleurs un vampire associé au metal, puisqu’il est nommé d’après le chanteur Ronnie James Dio et son groupe de metal Dio.

Dio est habillé tout en doré. Il a les cheveux dorés et les yeux dorés. (Il brille de milles feux!) Et il porte du rouge à lèvres vert foncé. Sur cette image, il sourit en montrant un millier de couteaux qu'il tient à deux mains et s'apprête à lancer!
Source : JOJO’S BIZARRE ADVENTURE © 1986 by Hirohiko Araki & LUCKY LAND COMMUNICATIONS / SHUEISHA Inc. Tous droits réservés. Description : …Et voilà DIO! Comme vous le voyez, il a gardé sa charmante personnalité!

C’est lui qui introduit dans la série la mode des cœur accrochés partout sur les stands et les vêtements. Comme le fait remarquer Frederico Anzalone, ils sont inspirés de la marque Moschino. Et également celle du rouge à lèvre de couleur excentrique, qui se généralisera aussi dans les arcs suivants. Il garde donc bien son rôle avant-gardiste et continue de bousculer les codes pour introduire dans l’histoire l’inattendu ou l’étrange. (Voir article sur Dio)

On peut aussi noter que la couleur de sa tenue rappelle une fois encore les Chevaliers d’or dans Saint Seiya. Mais la forme de ses chaussures évoque plutôt les jokers des jeux de cartes. Cette tenue mêle donc habilement un côté très noble à un côté beaucoup plus délirant.

Les romans et mangas à lire ou à relire si vous avez aimé le troisième arc de JoJo’s Bizarre Adventure :

  • Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne (pour l’aventure et le côté scientifique)
  • Dracula de Bram Stocker (pour la lutte contre le vampire)
  • Saint Seiya de Masami Kurumada (pour la dimension épique et la progression à travers des combats en temps-limite)

A écouter (playlist spéciale DIO !) :

A bientôt pour de nouvelles enquêtes !

To be continued…

Tous les personnages des saisons 2, 3 et 4, en train de dormir sur un arbre.
Source : Artbook JoJo 6251 ARAKI HIROHIKO NO SEKAI. © 1993 by Hirohiko Araki & LUCKY LAND COMMUNICATIONS / SHUEISHA Inc. Tous droits réservés.

Merci d’avoir lu cet article ! Nous vous invitons à rejoindre la communauté des étoilé.e.s en participant à notre groupe Facebook « La Galaxie de la Pop-culture ». N’hésitez pas à nous suivre sur tous nos réseaux !

Insta Revue de la Toile LinkedIN Revue de la Toilefacebook revue de la toile


Umeboshi : prune japonaise séchée et amer

Rédigé par Umeboshi

Rédactrice, Relectrice SEO, Community Manager, enfant prodige, passionnée d’univers gothiques, mangaphile, parle le japonais couramment, a rédigé une thèse de 80 pages sur JoJo’s Bizarre Adventure.


Bibliographie (Archives de l’enquête sur le voyage de Jotaro…)

Œuvre étudiée

ARAKI Hirohiko, JoJo’s Bizarre Adventure. Stardust Crusaders. Tôkyô, Shûeisha.

Romans cités

STOCKER Bram, Dracula, Londres, Penguin Classics, 2003.

STOCKER Bram, Dracula, Paris, Editions J’ai lu, 1993. [Edition française. Traduction de L. Molitor, 1989.]

VERNE Jules, Le Tour du Monde en 80 jours, Paris, Hachette, 1977.

Ouvrages théoriques

ANZALONE Frederico, JoJo’s Bizarre Adventure. Le diamant inclassable du manga, Toulouse, Third Editions, 2019.

ARAKI Hirohiko, Manga in Theory and Practice. The craft of creating manga, San Francisco, VIZ Media, 2017 [Traduction anglaise de Nathan A. Collins].

PINON Matthieu, LEFEBVRE Laurent, Histoire(s) du manga moderne 1952-2012, Paris, Ynnis Editions, 2019-2022, p.89.

Comments

6 réponses à “[ANALYSE] Les références dans JoJo : Quelles sont les origines littéraires du voyage de Jotaro ?”

  1. […] à la fin de Phantom Blood. …Ce qui explique, au passage, pourquoi Dio est encore là dans Stardust Crusaders ! …Erina serait donc responsable de tous les problèmes futurs dans cette série ! Voilà, […]

  2. […] JoJo, l’image évoque les scènes d’ouverture de films d’horreur, qui commencent […]

  3. […] à la mafia et les piercings sont interdits dans les lycées.) Toutefois, comme pour Joseph ou Jôtarô, ses airs de voyou cachent une personnalité bienveillante. Preuve qu’il ne faut pas toujours […]

  4. […] que cinématographiques et musicales. Sur le plan littéraire seulement, on peut relever des références à Dracula de Bram Stocker, à East of Eden (A l’est d’Eden) de John Steinbeck, au Sherlock Holmes de Sir […]

  5. […] de Gamepad nous a permis d’en apprendre plus sur le doublage et notamment sur son rôle de Jotaro dans Jojo’s Bizarre Adventures. Il a aussi pu nous montrer un bout de son talent en étant […]

  6. […] doublé Bob Stookey dans The Walking Dead, le capitaine Mark Hoffman dans la franchise Saw, et Jotaro dans Jojo’s Bizarre Adventures ! Il sera sur scène pour donner une conférence, à 14h le samedi et 13h le […]

Merci de nous laisser un commentaire !